5 préoccupations partagées par les défenseurs d’un Web plus ouvert

Chronique livrée à l’émission La sphère : 1ère partie dans l’émission du 8 octobre et les 5 points dans la balado.

Les réponses aux questions de Céline Galipeau et Marie Grégoire.

Margreth Vesteger et Elizabeth Warren
Margreth Vesteger et Elizabeth Warren

On les appelle désormais le « GAFA » pour Google (ou si vous préférez Alphabet a.k.a Google), Apple, Facebook et Amazon, ils représentent la toute puissance des géants du Web et surtout un paysage numérique où la seule option pour les plus petits est d’être avalés et dissolus en échange d’un paiement par les plus grands. Laissera-t-on le Web être dominés complètement par ces compagnies sans opposer même une petite résistance ? En tous cas deux femmes de tête et d’affaires se chargent de rappeler aux titans qu’on les a à l’œil… Ce sont Margreth Vestager, commissaire européenne à la concurrence et aux Etats-Unis, Élizabeth Warren, sénateur démocrate élue au Massachussets.

Tandis que certains s’émerveillent de la diversification des services qu’offrent maintenant ces méga-compagnies, il en reste encore qui s’inquiètent que sans un contrôle minimal des activités de ces entreprises, elles chercheront à créer des monopoles, prêtes pour un combat des Titans, non sans avoir au préalable tué toute la compétition et par le fait, la même créativité entrepreneuriale.

Quelques analystes américains, dont le chef du gouvernement Obama, on rejeté du revers de la main, les inquiétudes exprimées par Margreth Vestager disant que les Européens étaient « jaloux »… Mais pourtant chez-eux, Élizabeth Warren tient un discours similaire.

Margreth Vestager a récemment a attaqué de front Apple, demandant à la compagnie de rembourser au gouvernement Irlandais 13 milliards d’Euros en impôts impayés et depuis un an, a aussi dans sa mire les pratiques déloyales de Google et ses acolytes du GAFA. Par ailleurs, Microsoft en achetant LinkedIn pour plus de 26 milliards se mérite selon plusieurs une place dans le GAFA, en faisant le GAFAM… 😉

Quant à Elizabeth Warren, ex-professeure de Harvard et qu’on a pu voir dans le documentaire de Michael More « Capitalism: a Love story », elle ose affirmer dans ses discours que les géants des technologies, par leurs méthodes agressives pour éliminer la compétition, sont sur le point de causer un problème économique de l’ampleur de la chute des banques en 2007-2008 qui a mené à la chute du marché immobilier.

Ce que contestent Vestager et Warren en 5 points

  1. Sur la compétition elles s’accordent : les compagnies en démarrage qui innovent et veulent offrir un nouveau service doivent pouvoir aborder un marché où la compétition est saine, donc pas dominée par des marques qui ont le pouvoir de bloquer tous les nouveaux venus, comme Amazon et Google, qui imposent un quasi-monopole de vente en ligne.

  2. Elizabeth Warren sur Apple (discours à Washington en juin 2016) : « Apple utilise depuis trop longtemps son contrôle de iOS pour écraser la compétition en musique, faisant monter les prix des compétiteurs et se donnant un avantage injuste. On sait que quelque chose ne va pas quand on comprend que Apple fait plus d’argent avec les abonnements de Spotifiy qu’avec les abonnements de AppleMusic et il ne partage rien avec l’industrie musical. »

  3. Vestager sur Google (avril 2016) : « Notre préoccupation est, que d’exiger que les fabricants d’appareils et les fournisseurs de services sous Android téléchargent pour le client, toute une série d’applications Google, plutôt que de les laisser décider ce qu’ils veulent, enlève aux consommateurs une opportunité de décider librement de découvrir de nouvelles apps. »

  4. Sur les cadeaux d’impôts fait aux géants du Web : Warren a félicité la commissaire européenne pour son action auprès d’Apple et en a profité pour rappeler au gouvernement américain que l’argument selon lequel « si on fait payer des impôts aux grandes compagnies elles quitteront » commence à avoir du plomb dans l’aile, puisque les endroits où fuir sont de moins en moins nombreux, merci à l’Europe.

  5. Vestager sur la vie privée et les RS Facebook et LinkedIn : Facebook avait donner l’assurance qu’elle ne fusionnerait pas les données de What’sApp avec sa base de données et c’était un facteur important quand la fusion a été approuvée » dit-elle.

Vestager a donc l’intention de faire un suivi et sur l’achat de LinkedIn aussi, ce qui inclura Microsoft dans ce joyeux club des surveillés par ces deux politiciennes qui ont de la suite dans les idées.

L’action en cours en Europe

Il y a deux ans, Vestager et la commission européenne de la concurrence avait mis sur la sellette la pratique de Google de forcer les sites à afficher ses annonces et en 2016, elle considère cibler le géant sur ses pratiques publicitaires s’apparentant à un monopole… Encore là, Warren tient un discours similaire aux Etats-Unis.

Références et sources pour les déclarations de Margrethe Vestager et Elizabeth Warren :

http://www.recode.net/2016/6/29/12060804/elizabeth-warren-apple-google-amazon-competition

http://www.siliconbeat.com/2016/06/30/sen-elizabeth-warren-apple-google-amazon-can-lock-competition/

http://money.cnn.com/2016/06/30/technology/elizabeth-warren-google-apple-amazon/

http://www.nytimes.com/2016/09/08/opinion/elizabeth-warren-what-apple-teaches-us-about-taxes.html

http://www.politico.eu/article/margrethe-vestager-preparing-new-google-charges-competition-antitrust/

http://www.politico.eu/article/5-things-to-know-about-margrethe-vestagers-google-probe/

http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-09-09/facebook-grilled-by-eu-s-vestager-over-whatsapp-merger-u-turn