Twitter et son impact sur la politique

Chronique livrée le mardi 18 octobre pour les Services régionaux de Radio-Canada. Voici une des neuf chroniques, celle de Trois-Rivières (suivez le lien pour écouter sur le site).

En cette période de présidentielle américaine, difficile d’ignorer l’impact de Twitter sur les communications politiques. Médias, partis et candidats utilisent le populaire fil de presse en temps réel pour créer ou commenter les plus récentes nouvelles relatives à la campagne. Ce qui vient souligner l’importance de ce média, mais aussi soulever la curiosité quand à son avenir…

Alors qui achètera Twitter et pourquoi ?

Disney et Google ayant été en lice récemment, mais se sont retirés de la course. Pour Google, ce n’était pas une première manifestation d’intérêt, dès les premiers pas de Twitter des rumeurs d’offre d’achat de la part du géant du Web ont circulé. Mais, à chaque fois qu’une entreprise laisse couler qu’elle a un certain intérêt pour Twitter, puis retire ses billes du jeu, l’action périclite pour quelques jours et cela cause des dommages à l’entreprise.

Salesforce, une compagnie de logiciels surtout spécialisée en gestion de la relation client, a avancé dans le processus. Toutefois, Salesforce qui avait aussi tenté d’acquérir LinkedIn s’est retiré…

Donc l’action de Twitter a connu une hausse de 21 % le 23 septembre quand les Google, Disney et Salesforce courtisaient l’entreprise, pour ensuite plonger de 20 % jeudi dernier, quand les compagnies intéressées ont déclinées une après l’autre.

Il faut dire que si LinkedIn s’est vendu 26 milliards de dollars, certains évaluent Twitter à un peu plus…

Quelles sont les forces de Twitter et pourquoi voudrait-on l’acquérir à coup de milliards ?

Twitter, a toujours été assez innovant, le « hashtag » ou mot-clic pour classer les conversations a été un facteur de transformation dans la façon qu’on analyse les médias numériques… Son rapport direct ou temps réel, a vraiment été un précurseur et fait qu’il domine encore le phénomène de la télé sociale. Twitter a même été le premier média social inclut dans les sondages de Nielsen en raison de son impact sur l’écoute des sports à la télé et de plus en de la politique. Bref, Twitter, a peut-être « seulement » quelque 310 millions d’utilisateurs actifs chaque mois, mais il génère 1 milliard de visites sur les sites qui intègres des tweets (voir tableau à la fin du doc). Il y a donc beaucoup de médias qui profitent de la visibilité donnée par ce média.

Les statistiques de Nielsen relatifs au premier débat de la présidentielle américaine montrait bien le pouvoir de ce média : #debatenight a été tweeté 2.4 millions de fois, « Donald Trump » plus de 2.1 millions de fois et « The Donald » a été employé 1 million de fois. Des expressions comme « fact check » ont été utlisées 326,000 fois et 2.7 millions de personnes ont commenté la joute politique… Au-delà des chiffres et ce qu’ils indiquent sur les intérêts des citoyens, que ce réseau puisse être analysé de façon si transparente montre bien pourquoi les journalistes le citent et le scrutent.

Quand Twitter a acquis Periscope, une application de diffusion vidéo en direct, il a encore accru sa visibilité. Des journalistes utilisent Periscope, beaucoup s’informent sur Twitter, bref, sa notoriété est assurée. Le réseau a un taux de pénétration enviable chez les journalistes – environ 20 % des américains ont un compte Twitter, mais chez les journalistes cette proportion est de 65 % – et maintient sa visibilité dans tous les médias, sa croissance semble stagner. C’est ce qui lui nuit. (Periscope s’ouvre aux caméras professionnelles)

Pourquoi ce réseau si populaire dont on parle dans toutes les émissions de radio et télé connaît-il ce problème de croissance ?

Un peu comme Google avec ses produits tels que Google + et avant Google Wave (oui, on l’a oublié), la courbe d’apprentissage pour l’utilisateur est assez difficile à surmonter. Sur Facebook, avec des connaissances minimes du média, une fois qu’on a retenu son mot de passe, on se débrouille vite. Or, tandis que les jeunes utilisateurs Snapchattent et Instagramment à qui mieux, mieux, j’ai pu constater dans mes classes de 1er cycle, que Twitter demande plus de travail pour comprendre les subtilités du réseau et l’utiliser à bon escient. Twitter ne veut plus être considéré comme un réseau social, mais plutôt comme un média, ce qui est un fait.

Et si vous n’êtes pas encore convaincus de l’impact de ce réseau, je vous invite à suivre le débat américain du 19 octobre à partir du réseau en suivant les mots-clics #debatenight et #debate2016…

Quant à son avenir, Twitter est fort populaire au Japon avec 35 M de comptes et le plus récent prétendant est Softbank Group, géant des télécoms dont les revenus se comptent en billions de dollars… Twitter n’a pas vaincu, mais n’est pas encore mort non plus.

chiffres du site Twitter.com
chiffres du site Twitter.com