Médias sociaux et relations publiques: la communication scénarisée, le fameux calendrier des publications…

Un peu comme à la radio, il faut savoir ce qu'on va dire, mais aussi accepter que l'imprévu est parfois bénéfique...

Parfois des clients se demandent s’ils auront de quoi publier sur leurs différents comptes et parfois même, ils souhaiteraient établir un calendrier précis des publications, un peu comme on bâtit un calendrier de communication corporative. C’est un réflexe normal. Si la question se posait il y a plus d’un an, il me semble clair qu’un scénario de communication avec un volet interactif remplacera le plan de communication traditionnel. Voici donc quelques petits trucs que j’ai appris et qui peuvent être appliqués avec doigté aux organismes publics et parapublics pour concevoir une planification médias sociaux.

***

Mesurer le potentiel de publication. Jetez un œil aux événements publics que vous avez tenus dans l’année précédente et vous constaterez que plusieurs sont récurrents − annonces relatives aux budgets, aux résultats financiers, participations à des événements récurrents comme les salons et foires – et constituent les balises pour établir la fréquence minimale. Ajoutez à cela, les partenariats à faire connaître, vos initiatives en responsabilité sociale, votre promotion traditionnelle et vous avez probablement près d’une cinquante d’événements annuels. N’oubliez pas que chacun de ces événements sera potentiellement couvert par les médias et vous pourrez donc communiquer les articles à votre communauté en ligne, ce qui augmente votre participation à chaque événement.

Élargir vos intérêts pour partager plus. Vous avez établi un calendrier de vos activités externes, c’est très bien, maintenant assez parlé de vous… Que publierez-vous pour sortir du je-me-moi et entretenir la communication avec votre communauté? C’est là que vous devrez établir une liste des sujets qui intéressent aussi possiblement votre communauté et l’ajuster au fil des semaines. Un musée d’art pourrait très bien publier les liens à des articles sur la muséologie, sur des peintres connus ou sur les activités des institutions européennes. Ce n’est qu’un exemple, selon la mission de votre organisation et les intérêts de votre communauté vous déterminerez quels seront les sujets connexes qui intéresseront vos abonnés. Une chose est certaine, si vous vous cantonnez à ne parler que de vous, vos messages auront moins d’impact.

Ne pas oublier l’interaction. C’est le plus grand défaut de beaucoup d’organismes sur les médias sociaux, ils diffusent à sens unique, mettent des liens en ligne, mais oublient de gratifier leur communauté d’un RT sur Twitter ou d’un partage sur Facebook, pour ne nommer que ceux-ci. Et, si on vous parle, même pour vous critiquer, répondez brièvement en prenant le commentaire en compte et en remerciant votre abonné de s’intéresser à votre entreprise. Là, il faudra quelques lignes directrices pour scénariser la communication…

***

Les pros constateront que ce n’est que le début de l’aventure, vous avez raison… Mais Rome ne s’est pas bâtie en un jour ;-)

—————————-

Billet : Communiquer sur un nouveau mode

Billet : Le scénario de communication: out le plan de communication unidirectionnel

35 thoughts on “Médias sociaux et relations publiques: la communication scénarisée, le fameux calendrier des publications…

  1. Pingback: Joëlle Savard
  2. Pingback: Roch Courcy
  3. Pingback: Mikael Dorian
  4. Pingback: Yannick Ichane
  5. Pingback: Patrice Leroux
  6. Pingback: Pierre-T Choquette
  7. Pingback: Salwa Majouji
  8. Pingback: Roxane Claessens
  9. Pingback: Manon Desrosiers
  10. Pingback: Denis Gratton
  11. Pingback: Sophie Fumey
  12. Pingback: Fred Vincent
  13. Pingback: Marie-Laure VIE
  14. Pingback: Rodolphe MATHUS
  15. Pingback: Thomas BASTIEN
  16. Bravo Nadia,
    Je partage ton propos concernant le manque d’interactivité sur les sites Web. Les erreurs se répètent avec lew nouveaux médias. On les utilise comme les anciens médias, c’est à dire de façaon unidirectionnelle sans permettre aux gens d’échanger, par exemple, entre consommateurs. Quand on sait que les internautes se font d’abord confiance entre eux plutôt qu’au diffuseur d’une info x provenant d’une entreprise, les gens d’affaires perdent ainsi une bonne occasion d’aller recueillir des infos à la source qui leur seraient forts utiles.
    Francine

  17. Merci Francine! Les habitudes sont difficiles à changer, le contenu produit par les usagers (ugc) est là depuis plus d’une décennie, mais les entreprises reconnaissent son existence seulement depuis l’avènement des réseaux sociaux populaires à la Facebook et Twitter, qui démocratisent encore plus la parole publique.

  18. Pingback: Luis London
  19. Pingback: Kai Design
  20. Pingback: Michael Di Staulo
  21. Pingback: Manon Desrosiers
  22. Bonjour Nadia,

    Je travaille en communication et je suis également étudiante à la maîtrise. Vous parlez d’un nouveau type de plan, mais il n’y a pas vraiment d’exemples ou de références pour en savoir plus sur les plans de communication scénarisé. Avez-vous des modèles à nous référer?

    Merci

    Katherine Duchesne

  23. Bonjour Katherine,

    C’est en fait ce que je développe dans ma pratique en communication et c’est une partie de ce que j’aurais souhaité approfondir au doctorat. Je peux vous dire d’entrée de jeu que le plan de communication tel que des étudiants me l’ont présenté n’intègre pas la partie interactive de la communication ou même les grandes lignes d’un scénario d’interaction.

    Le plan de communication tel que le je le vois et le pratique, doit intégrer l’idée d’un récit étalé dans le temps et les réponses de l’entreprise à de possibles pistes.

    Je ne donne pas mon modèle, car c’est pour l’instant mon gagne-pain.

  24. Merci Nadia,
    Vous êtes donc une pionnière! Merci de votre réponse.

    Bonne continuation,

    Katherine

  25. Pingback: Nadia Seraiocco
  26. Pingback: Kevin Roussel
  27. Pingback: Observatoire MSRP
  28. Pingback: Agence Influences

Comments are closed.