Avant de faire un don d’organe grâce à Facebook, demandez-vous si le réseau n’en sait pas déjà trop à votre sujet…

Gérer ou afficher son état de santé sur Facebook... Est-ce bien nécessaire?

Au début de la semaine, on spéculait mollement sur l’annonce que Facebook devait faire mardi, puisque ceux qui scrutent le réseau étaient beaucoup plus attentifs à l’arrivée en bourse du réseau social. Nous attendions une annonce liée à la santé ou à la prévention du suicide, mais Zuckerberg et la directrice générale de Facebook, Sheryl Sandberg, ont annoncé que nous pourrions désormais publier notre intention de faire un don d’organe sur notre profil. Déjà qu’on y annonce souvent beaucoup plus qu’on ne le souhaiterait, cette incursion dans le domaine de la santé a de quoi surprendre.

 

Êtes-vous conscients de ce que vous révélez sur Facebook?

Dans la plus récente publication du Consumer Report (tel que rapportée ici par MSNBC avec le document original en lien) on apprenait qu’une grande proportion des utilisateurs de Facebook n’a jamais modifié les paramètres de confidentialité de son compte et est très peu sensibilisée aux conséquences que peut amener un profil trop détaillé et ouvert. Si l’idée qu’un employeur puisse demander le mot de passe à votre profil vous rebute avec raison (lire ici un article à ce propos), n’est-il pas temps de se questionner sur ce que nous révélons sur nous sans y penser?

 

État de santé, renseignements personnels et vie privée, on trouve tout sur Facebook

Il y a en ce moment quelque 900 millions d’abonnés à Facebook et, selon les chiffres relevés par MSNBC, de nombre près de 5 millions ont cliqués le « J’aime » d’une page à-propos d’une maladie (une information qui pourrait être relevée par une compagnie d’assurance), quelque 40 millions révèlent ouvertement leur date de naissance (une information qui combinée à votre nom peut être utilisée pour le vol d’identité) et près d’un million n’hésitent pas discuter de leurs finances personnelles sur le populaire site.

 

Que dire et quoi faire?

Tout dépend de ce que vous avez à perdre… Avant de vous abonner à des groupes reliés à des questions religieuses ou politique, demandez-vous comment cela pourrait être perçu dans votre entourage, surtout si vous affichez le nom de votre employeur sur votre profil.  En fait, quand on me pose cette question dans une conférence, je réponds souvent : « Si vous avez plus de 100 amis, vous ne les connaissez pas tous, alors quels sont les choses que vous n’auriez pas envie de leur dire si vous discutiez dans un cocktail? »

Autres sources d’information :

Le communiqué officiel de Friends saving lives de Facebook

Le guide du Consumer Report sur la protection de la vie privée sur Facebook