La Saint-Valentin : quand Cupidon et les loups s’en mêlent!

Derrière chaque fête du calendrier chrétien se cache une fête païenne qui donne le ton aux rites contemporains (et commerciaux) associés à une certaine date. Si je dis Saint-Valentin, on pense bien évidemment au saint de ce nom, mais il y a aussi derrière une fête païenne ou le rouge et les cœurs domine…

Il y a quelques années, dans ma ville natale, je produisais et coanimais avec les amis Catherine et Éric une émission sur la culture québécoise au sens large du terme, intitulée Culturopathes. Une des missions que s’était donnée notre équipe était de remonter aux origines des fêtes célébrées annuellement au Québec.

Lupercalia, artiste inconnu
Lupercalia, artiste inconnu

C’est ainsi que j’ai appris que derrière chaque fête du calendrier chrétien se cache une fête païenne qui donne le ton aux rites contemporains (et commerciaux) associés à une certaine date. Ainsi, saint Valentin est bel et bien un saint qui aurait été exécuté le 14 février de l’an 270. Plusieurs historiens rapportent qu’il célébrait illicitement des mariages chrétiens, ce qui justifierait que la fête de l’amour porte son nom. Toutefois, aux alentours des 14 et 15 février, les Romains fêtaient, avant et après le passage de Valentin, une fête de la fertilité appelée Lupercalia et associée aux dieux romains Lupercalus et Faunus. Le rite était aussi relié au mythe de la fondation de Rome par Romulus et Remus, deux orphelins élevés par une louve. Dans cette fête dite païenne, on sacrifiait des chèvres et les jeunes gens s’enduisaient du sang versé. Selon les textes consultés, on dit aussi qu’un célébrant vêtu de peaux de chèvres pour personnifier Lupercalus incitait la foule à aller par les rues du village et à toucher les femmes avec les abats des sacrifices. J’imagine qu’à la fin de la soirée le rouge dominait et qu’il y avait partout des cœurs, mais aussi des tripes…

Or, si la population a accepté Valentin comme digne représentant de cette fête de l’amour, elle l’a tout de même doté d’un adjoint expérimenté dans les affaires d’éros, soit Cupidon, connu tout autant des Romains que des Grecs…

Si vous voulez jouer le rôle de Cupidon ce week-end, sachez qu’il y a des règles à suivre afin que vos flèches ne rebondissent pas.

Lupercalia sur Wikipedia

Saint Valentin sur le site Saints & Angels

Mis à jour en février 2013.

2 réponses pour “La Saint-Valentin : quand Cupidon et les loups s’en mêlent!”

  1. Ping : Nadia Seraiocco

  2. Ping : Etolane

Les commentaires sont fermés.