Le Jeune

J’ai toujours eu la fibre bricoleuse. J’enviais tout particulièrement mon oncle Marcello, le petit frère de mon père, qui, grâce à son métier de graphiste, bricolait toute la journée et se permettait de peindre des motifs sur les murs de ses différents appartements.

D’aussi loin que je peux je me rappeler, mon père l’a toujours appelé le Jeune. Il y a quelques années, je lui faisais remarquer, que le Jeune avait la cinquantaine bien entamée et songeait à la retraite. Mon père a ri et m’a fait remarquer que pour lui son petit frère serait toujours un p’tit jeune. Considérant que mon grand-père est décédé à presque cent ans bien comptés, j’imaginais très bien mon père octogénaire interpeller son frère septuagénaire par un « Hé ! Le « Jeune ». Ça me faisait rire.

Samedi dernier, mon père a vécu un choc horrible : son petit frère est décédé subitement, devanÇant ses deux grands frères, bousculant l’ordre des choses.