Anthropophagie

Après avoir publié sans crier gare, Buisson ardent, une première fiction, les gens autour de moi ont commencé à dire qu’’ils me reconnaissaient dans ceci ou cela ou à me demander qui était Carl, le mécanicien spécialisé en remontage de moral. Je répondrai d’’abord, citant Nathalie Derome dans ses spectacles, que, « ça m’a pris du temps à comprendre la vie ». En fait, on commence à dire cela vers 30 ans, alors que ce doute incommensurable qui nous habite dans la vingtaine et qui sert de moteur à toute entreprise folle commence à s’’essouffler. Le doute fait alors place à une espèce de modération qui n’’a rien de la résignation. De loin, ça peut avoir l’’air de ça, mais il n’’en est rien. On a déjà vu, on a déjà vécu, on essaie de faire mieux et moins douloureux. Lorsqu’’on se déchire l’’intérieur avec des histoires d’’amour, on se sent vivant, mais bon, pour profiter de la suite des choses il faut qu’on se ménage un peu. C’’est là que la vie commence à prendre sens.

(…)

Et Carl dans tout cela? Carl c’’est moi, la tricheuse et la trichée aussi. Comme tout le reste. Et n’’allez pas vous imaginer que je comprends parfaitement les rapports humains parce que je me pique de les exposer. Que dalle. Si je comprends si bien les hommes, comme le disent parfois mes amis, c’’est que pendant trop longtemps je n’’y ai rien compris. La cruauté des rapports humains pour moi, c’est comme les mathématiques : j’ai coulé ça en secondaire 5. Si j’’ai l’’air de dépecer la laideur et la tricherie comme un boucher expérimenté, c’’est qu’’au fond, je nomme bien mes peurs et mon incompréhension profonde des motifs humains. Nous sommes tous les personnages du roman d’’autrui et croyez-moi votre appel est important…

Ce texte est une version courte et comporte dans sa version intégrale les récits de quelques vieilles amitiés qui ont nourri mes réflexions sur les gars, l’amour, pis le reste. Éric, David, Le Fred, votre contribution est appréciée.

Nadia Seraiocco

Spécialiste relations publiques et médias sociaux | conférencière | blogueuse

Voir tous les articles de Nadia Seraiocco →