La sémiotique, pour rire un peu…

Je lisais une dépèche d’Infopresse qui parlait de l’application de la sémiotique au marketing. J’ai souri quand j’ai lu que cette discipline était très développée en Europe, mais peu ici… Pour votre info, il y a un programme d’études doctorales à l’UQAM en sémiotique et à Québec, j’ai étudié avec Marie Carani, une spécialiste internationale de la sémio, qui dirige aussi Visio, un magasine qui discute de la question.

Le problème au Canada, si on veut en trouver un, n’est pas le manque d’expertise intellectuelle, c’est l’étanchéité des disciplines. Or, le marketing se voit comme une science complète en soi et ne va pas suffisamment à la rencontre des sémioticiens, des antropologues et des sociologues. Enfin, cela a été mon expérience jusqu’à maintenant et ce que j’ai vu à HEC.