Vive le shopping de Noël!

Ça commence avec l’idée saugrenue de stationner l’auto sur le Plateau, pas à moitié déneigé et où les congères commencent à se transformer en slush. Ça se poursuit avec une file d’attente d’à peu près 30 minutes dans un Renaud-Bray pour le privilège de dépenser. Ça se termine à l’épicerie où de dégustation en dégustation, de rayon en rayon, je vois bien que le contenu du panier atteindra les quelques centaines de dollars. Tandis que par les allées bondées, je ruminais intérieurement contre Noël, il me tint ce language :

  • Lui : Great, you almost seem like you are enjoying yourself, a bit earlier you were still protesting and bitching complaining…
  • Moi : En fait, je ne peux plus bitcher, parce que j’ai un poing dans le dos et une légère sensation d’euphorie qui me porte à croire qu’outre une sérieuse baisse de sucre, je suis sur le bord d’une crise de panique. On peut donc dire, oui, que je me tiens tranquille…

Bref, le frigo est plein et moi je suis vidée.

Nadia Seraiocco

Spécialiste relations publiques et médias sociaux | conférencière | blogueuse

Voir tous les articles de Nadia Seraiocco →