New York, Nina Hagen

Sur mon tape cassette en 1983…

Il y avait Nina Hagen qui chantait New York/NY. Dans ma chambre, dans un sous-sol de banlieue, je rêvais de troquer ma jupe à carreaux de l’école catholique pour des collants troués et mes rubans de velours pour des mèches bleues ou roses… Pour passer le temps, je chantais New York/NY sur tous les tons et j’enviais la scandaleuse Nina. Pour ceux que ça intéresse, Giorgio Moroder avait produit l’album Angstlos où se trouve cette ode à New York.

2 réponses pour “New York, Nina Hagen”

  1. L’automne dernier aux Sacrilèges, j’étais assis à côté de 4 filles délurées qui racontaient leur « séjour » dans un collège de filles, Méricis je crois, et je ne pouvais m’empêché d’être fasciné par les propos qu’elles échangeaient. Elles ont fini par m’intégrer à leur conversation par des regards du genre « Qu’est-ce tu veux faire, c’était comme ça ». Je n’osais vraiment pas m’immiscer dans leur conversation, mais j’ai été forcé d’acquiescer à leur rigolade. Ça m’a totalement défroqué de ce que pouvait être la vie à l’intérieur d’un collège de filles. Superbe expérience.

  2. Héhé, c’est ce qu’on apprend dans les collèges de filles… Ensuite, ça donne des trucs comme La vie secrète des filles…

Les commentaires sont fermés.