À la défense de la langue française

Cela faisait vraiment plaisir de voir France Boucher (oui, la fille de feue la mairesse), présidente de l’Office de la langue française, habillée d’un haut bouffant couleur chartreuse, se porter à la défense de son rapport à coup de « chu pas même… chu trop indépendante pour ça ». Lâche pas France, c’est avec des faque, des chu, pis des coups de gueule qu’on va changer la perception de la situation linguistique à Montréal et dans l’Outaouais.

Bon, c’est certain qu’à l’extérieur de Québec on ne semble pas apprécier autant la gouaille de mon village natale. Pfff!

Je tiens à ajouter ici que le site de l’Oqlf, l’œuvre des employés de l’organisme, est une ressource inestimable pour qui veut avoir le mot juste en toute chose.

2 réponses pour “À la défense de la langue française”

  1. On se demande parfois quels sont les critères pour ces fonctions (outre la plogue politique)…

Les commentaires sont fermés.