Jument éclairée en arrache avec le country…

Ma copine Julie m’envoie hier un message : « Yann Perreau fait un show spécial, viens-tu ?». Bien certain. J’avais terminé ma journée en buvant des dry martinis avec Louis, alors tant qu’à festoyer pourquoi ne pas continuer. J’accoure donc rencontrer Julie au Divan Orange où elle m’attendait avec son ami Tristan qui fait la sono de Perreau.

Lors d’un des entractes, nos amis s’entretiennent avec un grand brun dont le visage m’est familier. Julie lui demande tout de go s’il vient de Québec… « Pas vraiment non », qu’il nous répond l’air amusé. « As-tu un blogue, me semble que je te connais? », que je lui dis. Il rigole, dit que non. Mais là, le Saphire Bombay aidant je deviens persuadée que nous avons des amis en commun ou avons travaillé ensemble. Tout d’un coup, comme la moitié du monde du milieu est à ce petit show, j’ai une révélation : « Ah! Tu dois être dans un band et genre je t’ai vu sur le blogue Rock’n’Doudou ou quelque chose comme ça… » Il me dit que je brûle. Il me donne des indices, chantonne des airs connus que je ne replace pas. Je lui dis, « as-tu déjà joué au Festival d’été genre en 1999? ». Il pense que j’ai enfin compris pourquoi je le connais… C’était sous-estimer mon manque d’imagination. Il finit par dire: « J’étais drummer des Cowboys Fringants! » Ah, oui… Dominique Lebeau, le drummer qui a laissée le band l’an dernier… J’ai l’air un peu lente du cerveau (nous blâmerons le gin) surtout que je les ai interviewé. Il rit et me dit, « ma blonde m’avait dit que sans casquette, personne ne me reconnaîtrait ».

À la fin de la soirée, il est revenu nous saluer et, en fait Julie et moi avons trouvé qu’il était vraiment gentil (en plus d’être patient en cibole). Et sa blonde a raison: sans casquette, on ne peut vraiment pas le reconnaître…

Un ami que j’ai baptisé Cheval sombre (pour des raisons tout à fait candides, je tiens à le préciser) m’avait en retour qualifiée de « jument éclairée », plus en plaisanterie que pour la clarté de mes propos, comme cette anecdote en témoigne…

Nadia Seraiocco

Spécialiste relations publiques et médias sociaux | conférencière | blogueuse

5 réflexions sur “Jument éclairée en arrache avec le country…

  • 24/08/2008 à 20:54
    Permalien

    Ce qui est triste pour ce pauvre Dominic, c’est que j’ai oublié de lui dire que je n’aurais même pas reconnu le chanteur des Cowboys. Quesse tu veux: l’ex-disquaire ne connaît que leurs pochettes de disque….

  • 24/08/2008 à 22:34
    Permalien

    Ouin, faut croire qu’on a pas assez vu leurs têtes… Pis les gars ont tous des barbes pis des casquettes à Montréal! 😉

  • 26/08/2008 à 19:04
    Permalien

    Ceci dit, on ne peut dire de tous ceux-là qu’ils sont un peu « épais sur les bords » parce qu’en réalité, ils sont « des gens du milieu »…

  • 26/08/2008 à 19:06
    Permalien

    Autre chose: un gars qui t’appelle ‘jument’ voudrait-il te passer le message qu’il adorerait te monter?

  • 26/08/2008 à 19:49
    Permalien

    Homme Scalp > tu pousses trop loin la métaphore filée… tu es fichetrement trop interprétatif…

Commentaires fermés.