Semer la joie, plutôt que le doute…

Tandis que Jean-Sébastien nous entretenait de la faible capacité des hommes à faire des compliments – vous savez le « t’es pas laide », « tu serais quasiment pas pire », plutôt que « tu es belle » et « tu me plais » – Cécile en ajoutait en relatant sur son blogue les tristes anecdotes d’amies qui se sont fait ravager l’égo par des commentaires mesquins sur leur apparence (allez-y lire, ça hérisse assez merci). Barbie a beau faire des mathématiques et Julie Payette aller dans l’espace, quand il est question de la valeur d’une femme, mieux vaut cartonner côté apparence. En fait, on ne s’en sort pas facilement.

Tiens ça me rappelle cette anecdote tout aussi québécoise que notre utilisation de l’euphémisme : nous sommes un groupe de copains sur une terrasse, surgit un mec au physique assez ordinaire, en fait pas très beau, court, petite bedaine, calvitie (oui ça plait à plusieurs, mais il mérite qu’on en fasse un défaut) et à la voix tonitruante. Monsieur arrive du Brésil. Les femmes y sont très belles, dit-il en posant son regard sur les représentantes du sexe féminin. Comme nous ne réagissons pas, il ajoute, en comparaison, les Québécoises sont des femmes à barbe. Et bien, voilà que ce batracien nous rendait son verdict, prêt, j’imagine à nous absoudre si nous nous rendions dans une génuflexion bien sentie. Il avait tout compris de la psychologie féminine : compétition et humiliation en sont la clé. Le Brésil est aussi le royaume de la chirurgie esthétique, que voulez-vous, il faut souffrir pour être belle. Mais bon, ça ne peut pas toujours marcher et ce soir-là, étrangement, aucune de nous ne lui a adressé la parole.

Je vous donne un devoir : en pensant à tous ceux et celles (oui, la cruauté des filles envers les filles est connue) qui se sont fait saper l’égo injustement, ce week-end chaque fois que vous remarquerez chez vos ami-e-s un trait positif dites-le! Faites un compliment! C’est gratuit et ça vous fera autant de bien qu’à celui ou celle à qui vous donnerez un peu plus confiance…

4 réponses pour “Semer la joie, plutôt que le doute…”

  1. Enfin, je sais ce qu’en dit un certain poète de votre connaissance… N’importe quoi pour être certain que les filles ne sont jamais « assez » pour ces monsieurs!

  2. Ping : Nadia W

  3. Ping : Aurelie Alaume

Les commentaires sont fermés.