Communicateurs et Web 2.0

Depuis 2007, quand une entreprise m’aborde pour un emploi ou un contrat c’est en général pour que je mette à jour ses communications externes. Avant cela, on m’engageait pour faire des relations médias et de la promo, en se disant que ça pourrait être utile d’avoir une communicatrice capable de proposer des outils 2.0 ou d’évaluer un plan de communication intégrant un volet web et des fonctions interactives. Mais souvent, une fois sur place, je devais commencer par faire prendre aux outils de communication en utilisation (communiqués, avis aux médias, courriels aux médias) un tournant rédactionnel web adapté aux nouvelles réalités tant à l’émission (moyens d’envoi, courriel etc.) qu’à la réception (lecture à l’écran ou sur un téléphone).

Le Web 2.0, les médias sociaux, ce sont des façons de faire soutenues par des outils Web. La palissade  me direz-vous? Peut-être pour mes copains de Yulblog et Yulbizz, mais pour le milieu des communicateurs, il reste souvent encore du chemin à faire. Alors, pour qu’un chargé de communication (coordonnateur de projet, directeur ou autre) puisse mettre en oeuvre des initiaves dans le domaine, il faut plus qu’une agence pour lui faire un plan. Il faut que le communicateur prenne le temps d’expérimenter avec les blogues (aller en lire et commenter est un bon début), Twitter, Facebook, Youtube et les autres. Je dis bien expérimenter, pas devenir un expert, car cela n’est pas nécessaire. Mais avec les cas que nous voyons, il est clair que les agences qui se disent capables de faire des stratégies 2.0 et tutti quanti sont parfois juste un peu plus avancées que le client qui les embauche pour être guidé.

Donc, pour comprendre la mécanique des stratégies web, pour savoir comment utiliser les médias sociaux et voir tout leur potentiel, il faut se créer un profil d’utilisateur, se trouver des contacts et jouer un peu avec les différentes fonctions de base – partager des liens ou des images, commenter, échanger etc.

De là, le communicateur ou maketeur peut au moins prétendre avoir une compréhension superficielle du phénomène. Sinon, tout lui passe sous le nez et il acquiesce pourvu qu’on lui mette les bon mots-clés en gras interactivité, forums, 2.0, 2.0, 2.0, médias sociaux, vidéo virale…

Expérimentez donc, à raison de 30 ou 40 minutes par jour et après deux semaines, vous saurez au moins ce que les utilisateurs font sur ces réseaux et là, une agence pourra vous expliquez comment atteindre vos objectifs grâce à ces outils.

Et, si vous considérez avoir autre chose à faire ou plein de bonnes raisons pour ne pas toucher à ça, alors, il est probable que vous ne soyez pas prêts à prendre le tournant.

5 réponses pour “Communicateurs et Web 2.0”

  1. C’est tellement le message que je tente de passer quand j’ai un mandat de communication intégrant le 2.0 : ce n’est pas tout d’avoir une stratégie intégrant ces nouveaux outils, il faut d’abord commencer par les comprendre. Ce n’est pas bon de publier un communiqué sur son blogue tsé! Il faut oser réécrire et adapter le message en fonction de l’outil. Bref, il y a beaucoup d’éducation à faire encore!

  2. Comme je vois tes contenus adaptés pour tes différents interlocuteurs et médias, je sais que tu travailles aussi dans ce sens. Oui, il y a beaucoup d’éducation à faire, mais je sens que le vent change et que très bientôt les communicateurs nouveaux médias auront la voie (voix) libre 😉 Tu devrais fréquenter Yulbiz, c’est plein de gens qui changent les choses! À bientôt!

  3. Je ne crois pas que 30 à 40 min par jour à raison de deux semaines soit assez pour comprendre. Il y a tellement à connaître avant de même seulement pouvoir donner une vrai définition à ce qu’est réellement le 2.0. Ca ne s’arrête pas qu’à la rétroaction et aux médias sociaux. Il y a tellement d’outils à connaître pour rendre une présence web efficiente.

    Excellent article. Un problème qui mérite d’être expliqué à ses clients.

  4. Hugo tu as probablement raison, mais si on disait combien de temps il faut vraiment, personne ne commencerait 🙂 Après deux semaines, on sait qu’on ne sait pas encore… C’est la fin de la double-ignorance.

Les commentaires sont fermés.