Récits mythiques de New York

Hier, j’ai réécouté Everyone Says I Love You de Woody Allen. J’ai toujours un plaisir fou à revoir ses films et à constater avec les années l’enchevêtrement des récits et les mythes fondateurs de l’oeuvre de ce cinéaste. Pensez seulement à ces histoires de cabinet de psychanalyste où, alors que le personnage expose ses pensées les plus secrètes, il est espionné. Cette anecdote est présente dans Everyone Says I Love You, mais était aussi le moteur de Another Woman. Dans chaque film, outre la quète première des personnages, on nous raconte à tambour battant, par un personnage narrateur ou dans une conversation entre personnages, une foule d’anecdotes urbaines. Hier, devant mon petit écran, j’ai rebaptiser Allen « Le plus grand conteur new-yorkais ». J’ai donc l’intention de revoir plusieurs Allen au cours des prochaines semaines.