Un éléphant ça trompe…

J’avais vraiment adoré la première saison de The Apprentice, la grande entrevue télé-réalité au bout de laquelle un jeune gestionnaire se voyait confier un job de 250 000$ US pour le légendaire Donald Trump. Trump a un goût horrible en décoration – une pièce toute de marbre et d’or, c’est souvent une salle de bain, chez Trump c’est la salle à diner. Ça permet de tirer la caviar sur le murs… Il bat aussi des records grâce à un toupet horrible qui amincit d’année en année, mais qui s’en soucie puisqu’il a des millions dans les poches.

Lors de la précédente saison, il paraissait un homme juste, ferme et très direct. Dans la présente série, Trump semble en contrôle de tout le show et l’image qu’il projette de lui est celle d’un homme caractériel, qui abuse de son pouvoir et aime les gentils caniches. On ne répond pas au monsieur sans son autorisation, on obéit et on se tait. Est-ce la recette pour trouver un gestionnaire de choc? Il risque fort de se retrouver avec un gestionnaire sado qui une fois en position laissera sortir la vapeur se disant, « me suis assez fait humilié, c’est maintenant mon tour de tordre des bras » ou encore un maso qui, docile et peureux, n’arrivera pas à commander. Enfin, je lui souhaite…