Gros bisous de Montréal

Je n’en reviens pas de l’entorse ridicule au protocole qu’a commis le maire de Montréal, lors de la visite de Margriet de Hollande, princesse des Pays-bas. Notre bon maire l’a prise par les épaules et lui a fait une grose bise sur les deux joues, à la Québécoise.

Quand il est question de protocole, une des premières choses que l’on apprend, c’est qu’on ne pose pas la main sur une personne de la royauté, on lui serre la main si la personne se montre disposée et on ne l’embrasse pas. Mais ça vous l’aviez deviné… En fait, il est probable que pour le personnel entourant la princesse, cela allait de soi, puisque le signe de tête pour l’homme et une esquisse de révérence pour la femme constituent les standards en la matière.

Sauf, qu’il aurait été intéressant que le maire soit au courant. Pour ceux qui se demande comment on fait pour savoir tous ces trucs de relations internationales et de protocole, on se renseigne en lisant des ouvrages
ou l’on contacte un responsable du protocole et avant de lui parler on prend deux minutes pour lire site que je vous ai mis ici en référence.

Quant à moi, curieuse de tout, j’ai appris ces belles manières d’abord avec Michel Tétu, professeur à l’université Laval, qui était un spécialiste de la Francophonie internationale, puis grâce aux enseignements du Musée de la civilisation. Avec M. Tétu, j’ai même appris des manières de tables propres au contexte africain – par exemple, pour certains le sel a des propriétés magiques or, on le passe pas de main à main. Mais les histoires de M. Tétu demanderaient à elles seules une série de « posts » sur mon blogue…

Nadia Seraiocco

Spécialiste relations publiques et médias sociaux | conférencière | blogueuse

Voir tous les articles de Nadia Seraiocco →