Y-a-t-il quelqu’un au bout du fil ?

Comme tout le monde, j’adore commander un livre ou un disque, voire acheter une chanson sur iTunes, mais je me demandais où les limites du commerce en ligne m’apparaîtraient.

Lors de l’achat de notre première maison, nous avons retenu une compagnie de financement dont la plupart des services sont en ligne et qui complète le tout par une ligne téléphonique. Rien de bien personnel et nous étions convaincu que cela nous allait très bien. Jusqu’à ce que nous ayions à changer de propriété un peu avant la date prévue par la compagnie, donc à reprendre une hypothèque différente. Malgré que nous ayions été des clients irréprochables, il nous semblait que nous reprenions le processus à zéro, comme si aucune historique n’existait.

Ma belle-mère, qui déteste les services bancaires par Internet, nous conseilla alors de prendre contact avec un conseiller financier de RBC. Or, à travers les quelques offres d’achat qui nous ont menées à faire l’acquisition de notre nouvelle propriété – pour l’une quelqu’un a misé plus que nous, puis une offre est tombée en raison de l’inspection – notre conseillère était toujours disponible pour revoir la situation avec nous. Wow ! Une professionnelle qui répond à vos questions et se sent responsable de ce qui arrive dans votre dossier, tout un changement avec les préposés du service à la clientèle que nous rencontrons souvent dans notre quête d’info.

Tout cela pour vous dire, qu’aujourd’hui, alors que nous sommes encore à défaire quelques boîtes dans notre nouvelle maison, nous avons reçu une carte et un petit présent de notre conseillère… Rien à voir avec les services impersonnels en ligne.