Pertinence et suffisance des idées…

Comme je suis en congé, j’écoute les actualités tout en faisant quelques lectures pour mon mémoire. À TVA, ça discute fort à propos du bulletin scolaire par compétence. L’enseignement du français me tenant à coeur, je me suis arrêtée un moment pour écouter une spécialiste nous expliquer ce que les parents devraient comprendre de ce charabia. Ainsi, lorsque le parent voit « Écrire des textes variés », il devrait savoir qu’il est question de la capacité de l’étudiant à faire dictés et des compositions. Si l’étudiant a des problèmes à aligner deux idées, il aura une mauvaise note à la compétence « Pertinence et suffisance des idées ». Lorsque j’ai entendu cela, je me suis demandé si on avait bel et bien osé utiliser « suffisance » un nom commun qui caractérise généralement la présomption ou la prétention pour décrire la richesse des idées d’un texte. Il faut savoir que certains dictionnaires vous indiqueront que ce substantif lorsqu’il décrit le caractère de ce qui est suffisant est un régionalisme. De toute évidence, quand la langue de bois domine, l’abondance des idées fait défaut.

2 réponses pour “Pertinence et suffisance des idées…”

  1. Peut-être que les idées sont tellement « suffisantes » qu’elles se suffisent à elles-mêmes? 😉

  2. En matière d’éducation, quand on regarde les listes de compétences, on peut se demander pourquoi avoir du contenu quand on a de si beaux contenants… ;D

Les commentaires sont fermés.