Une nouvelle génération et le choc du changement

Un des faux comptes Twitter qui donnait une voie à Ruth Ellen... Certains n'y ont vu que du feu, le temps qu'un autre faux compte soit créé...

Un des faux comptes Twitter qui donnait une voie à Ruth Ellen... Certains n'y ont vu que du feu, le temps qu'un autre faux compte soit créé...

Je serai bien honnête avec vous, la jeunesse de certains députés du NPD ne me fait pas peur. En fait, ces jeunes gens me font sourire et je ne vois pas avec l’entourage qu’ils auront et les fonctionnaires fédéraux qui seront au bout du fil pour les informer, comment ils pourraient avoir plus de difficulté à faire leur job que n’importe quel autre nouvel élu d’âge dit «raisonnable». Surtout que j’ai moi-même écrit des discours pour des élus d’expérience, qu’ils ont lu sans les modifier ou presque (dont notre bon maire Tremblay) à un âge où on me trouvait trop «jeune» pour diriger un service… L’âge est donc un facteur relatif.

Ces natifs numériques et leurs réalités…
On parle beaucoup de la génération des natifs numériques (un concept de Mark Prentsky expliqué ici par Chantal Paquin) née après 1982 et qui n’a pas connu un monde sans ordinateurs… Hé bien, vous les attendiez bientôt sur le marché du travail? J’ai des nouvelles pour vous, plusieurs d’entre eux sont maintenant en politique et élus de surcroit. C’est certainement un choc pour les générations précédentes qui n’ont pas fait campagne sur Facebook ou qui n’avaient pas passé le plus clair de leur vie adolescente ou adulte à communiquer par SMS. Or, quand on est surpris de trouver parmi les députés des Alexandrine Latendresse (qui a laissé une trace numérique depuis son cégep) ou Ève Péclet qui a participé à la télé-réalité Un souper presque parfait, je souris, car ce n’est là que la pointe de l’iceberg pour ces jeunes habitués à publier des photos et à communiquer publiquement via le Web. Est-ce bien grave? Non, pourvu qu’ils assument ce qui est en ligne et qu’ils apprennent à justifier les choses de façon naturelle. Par ailleurs, si Influence Communication faisait une analyse de l’espace médiatique consacré à Alexandrine, je serais curieuse de voir les résultats.

Les médias sociaux : mieux vaut y être que de se faire faire le portrait par autrui…

Un chihuahua militant qui montrait son parti sur la page d'Élaine Michaud.

À l’émission de Dumont cette semaine, tout comme à CKRL, je discutais d’identité numérique à la lumière de cette récente élection. Or, si de nouveaux élus comme Élaine Michaud, Alexandrine Latendresse, Pierre-Luc Dusseault ou Charmain Borg ont fait beaucoup parler d’eux dans les médias, dans plusieurs cas, on a fait leur connaissance via le Web et les réseaux sociaux. Malgré certains dérapages, par exemple Alexandrine qui devient la plaisanterie de la semaine parce qu’elle a fait des études russes (ouin, pis? pourrait-on dire…) ou Élaine Michaud qui laisse une publication de mauvais goût sur sa page de campagne (la publication n’existe plus), ce ne sont pas là de grosses taches à effacer. Je dois avouer que j’ai eu de la sympathie pour eux et je ne suis certainement pas la seule à penser ainsi.  En fait, le plus gros pépin du NPD a certainement été de gérer l’absence d’identité numérique réelle de Ruth Ellen Brosseau à qui les internautes ont vite refait le portrait en créant de faux comptes en série où on lui faisait endosser toute sorte de folies liées à son voyage à Vegas.

MAJ : La chronique à Dumont sur V.

La chronique à CKRL 89,1.

Le changement vient à nous, pour les jeunes et moins jeunes…
C’est là, que cette élection devient encore plus intéressant pour moi. Nous voulons rajeunir les effectifs partout et déjà en 2008,  on apprenait que les 18-24 n’hésiteraient pas à quitter un emploi ou Facebook est prohibé. J’espère donc que le NPD saura saisir cette magnifique opportunité qu’il a d’avoir fait élire des natifs numériques qui pourront amener un vent de fraîcheur en politique. Et pour saisir cette opportunité, il faudra non pas que les conseillers d’expérience poussent pour faire rentrer les jeunes élus dans le moule qu’ils connaissent, mais qu’un sain échange entre les générations d’expérience et la nouvelle génération s’installe.

Il en résulterait plus de transparence, une politique plus près des gens et qui sait, peut-être de jeunes élus qui portent des t-shirt avec des slogans NPD…

16 thoughts on “Une nouvelle génération et le choc du changement

  1. Un vent de fraicheur! Tout a fait d’accord!

    Ce n’est pas pire que les élus du PQ en 76 qui eux aussi était jeune, issue pour plusieurs des CEGEP et de la révolution tranquille.

    Tu ferais une excellente consultante pour le NPD 🙂

  2. Hahaha, merci Josée… Comme me disait à une autre époque une patronne qui me trouvait vite, « des fois trois ans d’expérience bien sentie, c’est mieux que 15 fois la même année à rien comprendre… ». Le potentiel ça existe. 😉

  3. Parlant de natifs numériques et de la présence de Google et de Facebook partout dans nos pages et nos vies je n’ai pas pu m’empêcher de noter que l’annonce Google au haut de cette page dit:

    Apprendre russe gratuit
    Apprends le russe sans efforts, chez toi et gratuitement!

    Ça me fait réfléchir un peu. Les robots qui décident de la teneur des annonces AdSense dans une page sont souvent à coté de la trac! Leur compréhension d’un texte est vraiment primaire. Le robot a lu «études russes» et nous invite donc à suivre des cours de russe. Mais viendra un jour où ce sera plus intelligent, tout à fait pertinent et intéressera certainement le visiteur. En ce sens le programme de «retargeting» de Google est un grand succès pour les entreprises. En général Facebook fait mieux mais une amie sur Facebook notait aussi qu’après avoir écrit que les Canadiens de Montréal allait jouer au golf maintenant, une annonce est aussitôt apparue sur son profil au sujet du golf alors que ça ne l’intéresse pas du tout je crois.

    Merci pour le billet. Désolé que mes commentaires soient à coté du sujet. J’imite AdSense. 🙂

  4. Ping : Laurent LaSalle
  5. Ping : Nadia Seraiocco
  6. Ping : Nadia Seraiocco
  7. Ping : Annick Laporte
  8. Ping : Stephanie Baron
  9. Ping : Annie Deschenes
  10. Les « mousquetaires » de la nationalisation, sous la houlette d’un certain jeune ministre de 37 qui s’appelait René Lévesque, avaient tous moins de trente ans…

    Ils ont, littéralement, couché au bureau pendant des mois.

    Bon, ce que Hydro Québec est devenu ensuite, c’est une autre histoire. :-))) Peut-être même parce que c’était géré par des gens d’experience?

  11. La confrontation des générations… C’est ce que j’aimais de l’enseignement : tu apportes ton expérience, ta méthode éprouvée et les jeunes questionnent tout et te vont voir de nouveaux angles. Quand on se met à « rouler » la job et avoir les réponses avant les questions… On est vieux, à 25 ans ou à 75 ans… Et dans ce cas-ci, comme rien n’est éternelle, y a des jeunes de cette nouvelle cohorte pour qui ça sera la révélation, d’autres qui feront un mandat et passeront à autre chose.

    Parlant renouvellement, reste à voir maintenant qui remplacera Christiane Charette dans cette vague qui déferle partout 😉

  12. Ping : Nadia Seraiocco
  13. Ping : Myriam Balian
  14. Ping : F Michel-Villaz

Comments are closed.