Le cirque pathétique

Tout en surfant tranquillement, j’écoute, comme bien des Nord-Américains, American Idol. Se présente une fille qui ne sait pas chanter, mais voudrait qu’on lui apprenne pour être, dit-elle, comme Paris Hilton. Nous devons comprendre qu’elle souhaite être riche et sans talent pour étaler dans tous les magazines à potins une vie privée, inventée spécialement pour attiser les médias. Les juges, fripés après une soirée peut-être trop tumultueuse – notez que Paula a l’air un peu ivre comme toujours – , n’en croient pas leurs yeux. La jeune femme sort en larmes puis explique d’une voix hystérique qu’elle est humaine, qu’elle a le droit à sa chance, qu’elle et ses nouveaux amis, dont le gardien de sécurité, ont le droit d’être respectés par ces juges archiriches qui ont bu toute la nuit. C’est elle qui le dit. Perplexe, je me suis demandée si cette jeune femme était atteinte d’une maladie mentale, si elle faisait une dépression ou si elle souhaitait tout simplement qu’un agent de casting la remarque… Allez donc savoir.