Scandal au Devoir : être indépendant veut dire payer sa part…

Hier, très certainement pour respecter mon droit à l’information, Le Devoir mettait en première page un texte de Jean-François Nadeau intitulé, Pourquoi Le Devoir n’ira pas voir The Police. Ne vous inquiétez pas, M. Nadeau n’a pas découvert que Sting jette ses bouteilles vides aux poubelles ou que les membres du groupe encouragent Wal-Mart et le travail des enfants. Non! C’est bien pire que cela, je me dois de savoir que Le Devoir n’a pas eu de billet gratuit pour aller voir le spectacle et comme je lis Le Devoir pour lire des comptes-rendus mièvres de « come-back show » des stars des années « 80 », je suis très déçue. Pouvez-vous lire le sarcasme dans mes propos?

Non seulement le postulat de Nadeau est contradictoire, mais je n’avais pas besoin de plus de preuves pour me convaincre que mon quotidien – jusqu’ici préféré – est en décalage avec le monde actuel. Disons que Le Devoir est toujours une coche en retard en ce qui a trait aux sujets d’actualité et ajoutons que même les scoops liés au domaine culturel et social – censément des champs d’intérêt pour la publication – sont très, très rarement mis au jour par le quotidien indépendant. Or, l’article de M. Nadeau est choquant, d’abord parce que de le mettre à la une dénote un manque de sens journalistique assez accusé, puis à titre de lectrice – et d’ex-conseillère en marketing et communication – je me demande si ce manque de jugement n’est pas répandu dans la publication. Après des années à titre d’abonnée, à espérer quelques nouvelles plumes branchées et à souhaiter voir un tournant significatif dans ce quotidien, je commence à lire de plus en plus souvent La Presse…

En passant M. Nadeau, quand on veut être indépendant et qu’on ne veut pas se soumettre à quelque compromis commercial que ce soit, on paye son billet!

8 réponses pour “Scandal au Devoir : être indépendant veut dire payer sa part…”

  1. Well it’s not like the Devoir’s target market is anyone under 50, ya know? In that respect it comes to resemble the increasingly aging-Boomer-centric Gazette. But it seems to be true of mainstream journalism everywhere: once journalists are put into the Machine and become part of it, they become rapidly out of touch with the facts of daily living. The Philadelphia Inquisitor did a great exposé on David Brooks, for instance. And supposed ‘PhD of the People, the Mustache of Understanding’ Tom Friedman is actually a billionaire. Anything « new and trendy » is already dead by the time it gets to Time Magazine…about the only people that ever get it are the ZeFranks, Jon Stewarts, Colberts, Onions, and (once upon a time) Daniel Richlers of the world. (and the better bloggers, mostly.)

  2. Even if they do try to target a younger market, as a French independant newspapers it has its regular employees who have been there for as long as I have known that paper (over 15 years), and younger underpaid freelance journalists who find other jobs eventually. No big money there and a spin that is about ideas and high culture… So I guess for different reasons they fall out of touch with daily living.

  3. Tant pis pour eux ( car le show était bon et que moi je l’ai payé) et puis oui lis donc La Presse, abonne toi même mais attend septembre car y’a pas grand chose en ce moment 🙂

  4. À leur place je serais gênée, ils ne couvrent pas habituellement les « shows » populaires et mettent tout au plus une photo le lendemain (les agences de presse en fournissent toujours), ce qui « fittent » avec leur mandat. Un pareil article à la une est gênant. Surtout, que comme tu le disais, les billets gratuits étaient rares et réservés à un petit nombre. Pour La Presse, mon chum pousse aussi dans ce cens, car il trouve qu’il y a un plus grande diversité d’info.

  5. T’se Nadia en lisant l’article du Devoir finalement, je trouve l’attitude du Groupe Gillett dangereuse. Ok je ne lis pas beaucoup le Devoir sauf LGF et JB, je ne sais pas ce qu’ils couvrent généralement au niveau culturel. Mais mais…je trouve que la raison donnée par la relationniste est du chantage. Vous ne parlez pas de nous donc on ne vous donne pas de billets. Sauf que ce sera quoi la prochaine fois ? Vous êtes trop critique donc pas de billets…Je trouve que cette attitude ouvre une porte dangereuse. Encore une fois les journalistes doivent être à l’abri de l’influence de la publicité, ce n’est pas leur rôle. En tout cas, je suis perplexe de l’attitude du groupe Gillett, mais je t’encourage vraiment à t’abonner à la Presse…Et désolée de mon absence d,hier soir mais je suis littéralement tombée de sommeil……..Les émotions de voir The Police m’ont achevées;-)
    On se reprend en aout .

  6. Cécile, tu parles sur ton blogue « d’accomoder » Le Devoir, cela est envisageable dans un contexte ou le journaliste a une relation avec les gens de rp d’une entreprise. Cela ne semble pas le cas ici, sinon nous n’entendrions pas parler. À titre d’ex-relationniste (ce que nous sommes toutes les deux) il m’est souvent arriver d’offrir des billets à quelqu’un qui ne couvre pas et pour un show qui fonctionnait déjà bien. On le fait généralement parce que le journaliste en question, même s’il nous couvre très rarement, est toujours avenant et décline nos autres offres avec un clin d’oeil. Est-ce que tous les journalistes qui le demandent devraient avoir des billets pour tout ce qu’ils veulent voir? Je me le suis souvent demandé tant à titre de journaliste culturelle que de relationniste. Ma réponse demeure non et certains journalistes ne devraient pas abuser leur privilège en demandant d’avoir accès gratuitement partout, jusque parce que… Dans Le Devoir, le spectacle de The Police devrait faire l’objet d’une photo (d’agence de presse) et d’une légende. Le produit n’est pas nouveau, le groupe ne lance pas d’album, on parle donc d’un événement pas d’un nouveau produit culturel à critiquer. Est-ce que Le Devoir avait besoin d’un billet pour respecter son mandat ou est-ce que le journaliste voulait un billet pour voir le show de son groupe préféré? La relationniste aurait-elle pu l’accomoder? On peut répondre oui à ces deux questions. Mais si l’on attribue ce refus à l’esprit trop critique du quotidien, comment se fait-il que J.-C. Laurence de La Presse, qui dit clairement à la télé que le show de The Police n’est pas une nouvelle culturelle, au sens où aucun nouvel album ou nouvelle donnée n’est ajoutée à ce show pour nostalgiques, ne cause aucun problème à son quotidien. La relationniste de Gillett aurait pu répondre plus poliement à Nadeau – on a que la version de Nadeau et des paroles hors contexte -, mais elle ne lui a pas refusé « l’accès » comme il le dit, elle ne lui a pas donné de billet gratuit pour un show dont la couverture a fait l’objet d’un déferlement médiatique toute la journée du spectacle. Payer sa place quand on doit vraiment couvrir n’entrave pas la liberté d’expression. Faire payer son employeur pour un billet de show dont la couverture ne tombe pas vraiment dans le mandat de son papier est peut-être embêtant. Les accommodements raisonnables entre relationnistes et journalistes ne sont pas toujours des rapports de compromission, où le plus fort l’emporte, ce sont le plus souvent des rapports humains.

  7. N’ayant jamais été PR en culturel, je ne connais pas le fonctionnement, mais ma chère c’est une discussion à continuer car trés intéressante, pas ici, autour d’un bon verre, sur une terasse…:-)

  8. Ah oui! J’ai fait les deux : de nombreuses années en culturel et petite incursion dans le politique. Grosse différence en effet… On s’en reparle, car ces questions se discutent beaucoup dans le milieu culturel et méritent réflexion. À bientôt!

Les commentaires sont fermés.