Un matin comme les autres

Ce matin, mademoiselle Jordie est venue se réchauffer les pattes sur mes genoux après la marche du matin. Derrière ses oreilles, là où ça sent habituellement le caramel, il y avait une odeur de brise fraîche d’automne. Elle se laissait respirer en fermant les yeux un tout petit peu comme pour un câlin. Elle sait reconnaître les gestes tendres ma toute petite.