D’’aventure en aventure

Je ne vous cacherai rien, je fais maintenant de la consultance en communication pour la courte échelle. Et oui, la maison d’’éditions qui publie Stanley Péan depuis vingt ans, mais non, je ne vous fais pas une révélation bien juteuse comme certains auraient pu souhaiter, qu’’une petite déclaration d’’intérêts afin que vous ne m’’accusiez pas d’’utiliser mon blogue pour faire du marketing, sans égard à votre sensibilité.

Je dois toutefois préciser à ma décharge que le milieu culturel est très souvent tissé serré et composé de gens passionnés. Ainsi, même si je travaille pour l’’éditeur de Stanley, lui et moi nous connaissons depuis belle lurette, cela remonte à Québec à l’’époque de mes années à l’’université Laval. Le culturel est souvent ainsi. Par exemple, je viens d’être (re)nommée administratrice des Productions Nathalie Derome et là encore, avec les années, Nathalie est devenue une amie et par extension tout le groupe qui gravite autour de ses aventures musicales et interdisciplinaire (sûrement un « mot compte triple » au Scrabble et un concept mouvant au Conseil des arts).

Mais que voulez-vous, mon côté italien me porte à aimer les affaires familiales et à travailler mieux encore quand je crois à ce que je fais. De plus, dans ce milieu, les gens ont à cœoeur la réussite de leurs entreprises. Et moi, je ne vois pas d’’autres façons d’’envisager le travail.

J’’espère que vous viendrez nous saluer au lancement d’‘Autochtones de la nuit, le plus récent recueil de Stanley Péan, c’’est au Café Sarajevo, le 3 octobre, à partir de 17 h. Le 4 octobre, pour les lecteurs de Québec, il aura lancement au Chantauteuil (vous savez où c’’est) et le 5 octobre, Rhizome propose une lecture performance d’’Autochtones de la nuit par Stanley Péan.