Rencontre du premier, deuxième ou troisième type…

Tout en rédigeant le chapitre « 3 » de mon satané mémoire – ça avance on est à la moitié – je vais prendre des poses pauses sur Facebook et faire des tests de personnalité, me faire dire quel cocktail je serais si j’étais un « drink », quel genre d’amoureuse je suis et tutti quanti. Or, mettant en commun les deux activités « intellectuelles » de ma journée, je vous ai pondu ce beau petit « quel type d’amoureux êtes-vous?». Il me reste à faire les questions pour vraiment avoir quiz facebookien, mais la base est là…

Le futuriste

Y’a pas à dire c’était bien parti : une déclaration ou manifeste choc, des nouvelles théories censées renouveler la sensibilité humaine au grand complet, on allait faire du chemin avec ça. En réaction avec le capitalisme bourgeois, vous et votre nouvelle flamme êtes prêts à toutes les nouvelles aventures, rien n’est trop audacieux quand il s’agit d’être de son temps. Amoureux passionné, vos histoires sont remplies de fougue, de violence et de querelles internes légendaires.Vous vous voulez prolo, de gauche, mais pour ce faire, vous ne trouvez rien de mieux que de vous bagarrer dans les bars avec votre compétition. Le problème, c’est qu’après quelques années à ce régime, vous vous mêlez de politique, vos belles théories commencent à servir des idées fascisantes, l’Autre ne vous trouve plus très avant-gardiste et vous vous retrouvez tout seul.

Le dadaïste

Au début, personne ne comprend rien à ce que vous racontez, vous et l’Autre ne vous entendez même pas sur la nature des sentiments qui vous animent. Vous prétendez même que vous avez choisi son nom au hasard en ouvrant le bottin téléphonique. Dada, c’est oui-oui, mais avec vous c’est presque toujours non-non, par esprit de contradiction. Vous vous opposez à l’embourgeoisement, la guerre et le conformisme pour embrasser le chaos, plutôt que l’être aimé.Tout en ne voulant rien faire de spécifique et surtout pas de politique, vous placardez la ville de messages ambigus et écrivez des lettres à tous. Le temps de dire « Gadji beri bimba » et vous êtes en amour, mais vous préféreriez utiliser un mot inventé, moins galvaudé. Le problème avec le dadaïsme-amoureux, c’est que c’est désorganisé et personne ne s’en sort indemne. En plus, ça ne perd pas de vitesse : c’est un mal qui perdure depuis presque cent ans.

Le surréaliste

Haha! Vous êtes l’opposé du futuriste, avec vous c’est exit les tensions! Pour réagir à la violence du monde, vous prônez l’amour fou, le romantisme, voire l’ésotérisme, mais avec vous, il n’y en aura pas de facile. Que du positif, des sentiments non censurés, toutefois pour laisser libre cours à votre inconscient, vous devez passer vos nuits à pratiquer l’écriture automatique, or pendant ce temps votre amour fou ou folle s’éprend possiblement d’un autre, voire de plusieurs autres. Vous fermez les yeux pour résister à la tentation du conformisme et préserver l’onirisme et le romantisme de vos affaires de cœur. Ça se gâte vraiment quand l’élu-e de votre cœur rencontre un être vraiment fou qui lui fait une cour débridée et remporte la mise. Vous continuez à écrire sur l’amour et au passage vous excluez de plus en plus de gens de votre cercle, surtout ceux qui font l’amour plutôt que d’écrire des poèmes.

5 réponses pour “Rencontre du premier, deuxième ou troisième type…”

  1. Euh, c’est extrait de ton mémoire ça? Ah ben dis donc, ché pô trop sur koi ça porte… « Incidence de la zone urbaine sur les amours en ligne au début du XXIe siècle »? mémoire prérequis pour l’obtention de la maîtrise en en étude comparée de psychosociologie et littérature contemporaine 🙂

  2. Et je me positionne ou moi dans tout cela!?! Chose certaine, ça fini par  »iste »… Je constate également que les trois  »iste » finissent par un problême, il y a d’autres options?
    Bize

  3. Meuh non, je m’amuse un peu…

    Em Kâ bé > le mémoire porte sur Fluxus et les idées du XXe siècle qui ont engendré pareil art…

    Daniel > Il y a d’autres options, genre ne pas se faire d’idées, se dire que les grandes théories des sentiments ça finit toujours en queue de poisson!

  4. Ah ben… Le printemps dernier je suis allé télécharger plein d’œuvres musicales sur un site universitaire je crois. Je suis donc plus familier avec cet aspect. Mais il y a plus et j’avoue ne jamais y avoir pris garde… Tu m’incites à explorer un peu plus.

  5. Em Kâ Bé : si tu ne le connais pas encore, je visite souvent http://www.ubu.com, on y presque toute l’avant-garde en mp3 téléchargeable. Je m’y perds souvent et c’est un plaisir de redécouvrir LaMonte Young ou Meredith Monk dans des enregistrements souvent disparus des tablettes…

Les commentaires sont fermés.