Le jardin intérieur

Je racontais à une collègue que j’ai ma plante araignée depuis mon adolescence. Celles qui verdissent mon appartement viennent de boutures de cette plante et la plus grosse des trois – qui, je l’avoue est plutôt mal en point ces jours-ci – me suis depuis une dizaine d’années. Mais les plantes vont mal. Mon géranium rose, un dur de dur qui avait survécu à quatre étés et autant de transplantations, a passé l’arme à gauche, le rouge commence à tourner de l’oeil ou de la feuille, c’est selon. Le diffenbachia, de sa nature résiliente de plante toxique tient bon, mais les espoirs sont faibles. Les plantes tropicales se meurent doucement et ma violette africaine, qui me réjouit de ses fleurs mauves tous les printemps, semble ces jours-ci reconsidérer notre entente annuelle.

Vivement le printemps, la chaleur du soleil et le reverdissement…

Nadia Seraiocco

Spécialiste relations publiques et médias sociaux | conférencière | blogueuse

Voir tous les articles de Nadia Seraiocco →