Le gazon du voisin etc.

Au Québec, nous avons souvent le don de nous dévaloriser pour ce qui est de la maîtrise de la langue, voire de nous imaginer que les FranÇais parlent et écrivent mieux que nous. Par exemple, Richard Martineau discutait de la qualité de la langue avec quelques intervenants dont le tonitruant Gilles Proulx. Ce dernier était persuadé que tous les FranÇais maîtrisaient mieux la langue que leurs vis-à-vis québécois et que les gens des médias franÇais étaient plus éloquents que ceux des médias québécois. Et pourtant, j’écoutais l’illustre Thierry Ardisson sur France Première animer sa table ronde culturelle et outre un certain sens de la répartie, côté matière grise, le bonhomme est assez ordinaire. Emporté, il s’y est même repris à deux fois pour semoncer ainsi un de ses chroniqueurs : « Si je serais vous, je… ». Mais avec l’accent de Paris cela paraît tellement mieux…