Aventures en Ontario

Avant même d’avoir posé nos bagages, nous nous réjouissions à l’idée qu’à Ottawa les LCBO (équivalents ontariens de nos SAQ) ne faisaient pas la grève. Nous nous sommes donc rendus à une succursale dès que possible. Je me suis mise à inspecter les rayons, ravie de constater que la sélection ontarienne différait grandement de celle offerte au Québec. Beaucoup de vins italiens, américains, canadiens et chiliens. Pendant que je considérais le tout, Mikel cherchait un vendeur pour qu’enfin on lui indique où trouver les vins français. Mon petit panier au bras, je le suis donc jusqu’à l’étalage recherché. Mon anglo balaie des yeux le dit rayon et se met à vociférer en français, voire en québécois… « C’est ça qu’ils appellent des vins français! Deux trucs pas d’allure et un Mouton-Cadet! », s’exclame-t-il. Par la suite, partout où nous sommes allés, Mikel a voulu partager cette expérience révoltante avec ses amis et sa famille. Malheureusement, personne ne semblait horrifié. C’est qu’au fil des ans, malgré l’accent du Lycée français, il est devenu un vrai montréalais, le Mikel…