Un message qui fait réfléchir…

Vendredi dernier, parmi les newletters et courriels amicaux, voilà que je reçois une missive d’un professeur des HEC, Laurent Lapierre, avec qui j’ai étudié le management. Le sujet dudit courriel, adressé à ses anciens étudiants, était Ne pas avoir de -isme. De quoi intriguer me direz-vous. À titre de mise en contexte, Laurent Lapierre écrivait : «Voilà qui nous changera de tous les –ismes qui polluent la gestion comme connaissance et comme action. Cognitivisme, économisme, psychologisme, sociologisme, managérialisme, stratégisme, intégrismes et autres intellectualismes du même genre, toutes perversions, à mettre vite à la poubelle, d’un véritable travail intellectuel sur l’action.» Cela promettait. Je vous offre donc un extrait du texte attaché à ce courriel.

«Ne pas avoir de –isme, c’est se rapprocher davantage de la vérité, parce que plutôt que de la chercher en se fiant aux panneaux indicateurs des routes sinueuses tracées par les autres, mieux vaut chercher soi-même; et aussi parce que personne n’a vraiment pu trouver cette vérité dure comme le fer, alors à quoi bon déployer de vains efforts pour suivre encore à la traîne? Et encore plus parce que chacun peut dire qu’il détient la vérité : celle-ci est manifestement multiforme et, en fin de compte, laquelle est la plus vraie? Encore une question qu’il vaut mieux élucider par soi-même.»

Extraits de la préface de Le Témoignage de la littérature, par Gao Xingjian, Traduit du chinois par Noël et Liliane Dutrait

Pour moi, qui déteste les recettes et le préfabriqué, ce texte a été éclairant et rassurant…

Si vous voulez en savoir plus sur Laurent Lapierre.

4 réponses pour “Un message qui fait réfléchir…”

  1. Ce texte est tres interressant, mais je crois que la connaissance ou le fait d’etre proche de la vérité n’a rien a voir avec le fait de bien s’exprimer oralement ou par écrit. Une personne peut très bien etre d’une grande érudition dans un domaine et un pietre orateur. De meme que je ne crois pas que les -isme pollue la gestion de la connaissance. Ce suffixe est un outil parmis tant d’autres.

  2. Vous amenez un point qui n’était pas dicuté dans discuté dans ce commentaire, soit la capacité de communiquer ses idées ou sa connaissance à l’écrit ou l’oral. À mon avis, si une personne, si lettrée soit-elle, est incapable de communiquer sa pensée par écrit ou dans un discours oral, c’est qu’elle a peut retenu de ses lectures… Cela dit, le sophisme à titre de raisonnement illégitime, presque figure de style, ne se compare pas par sa nature avec les grilles d’analyse que nous posons souvent sur nos sujets et qui, si elles polluent notre vision et l’orientent, sont néanmoins des outils légitimes de recherche.

  3. pas discuté mais pas vraiment hors sujet. croyez-vous qu’un expert puisse etre un mauvais professeur? L’expression oral est une chose incontournable mais dans des domaines plus abstrait comme les maths le verbe s’avers mille fois plus tortueux qu’une formule, de meme que je suis convaincu de comprendre des situations logiques qu’il me serait très difficil a décrir verbalement.

    Je parlait de sophisme comme le fait de rajouté innutilement des difficultés a un texte un peu comme un politicien bouchebée devant un jopurnaliste, des fois c’est n’importe quoi.

Les commentaires sont fermés.