Chaise musicale façon Jean Charest

Pour pimenter vos soirées entre amis ou en famille je vous propose ce remaniement du jeu de la chaise musicale, à la sauce Jean Charest…

1.Tout d’abord vous déterminez un nombre de chaises – donnez-leurs des noms de ministères ce sera plus amusant – que vous attribuez à des gens dits « ministrables ». Ces gens-là ne doivent pas être trop compétents, mais tout de même une connaissance du thème de la chaise serait un atout.

2.Puis, quand la musique s’arrête, plutôt que de retirer une chaise, vous retirez une personne du jeu et vous réassigner les chaises presqu’au hasard. N’oubliez pas de communiquer inefficacement vos raisons, le mystère et les énigmes ça occupe l’esprit.

3.Enfin, vous recommencez jusqu’à ce que vous ayiez de moins en moins de gens à asseoir sur les chaises et de plus en plus hâte aux élections! Si jamais on vous accuser de ne pas communiquer vos motifs clairement, blâmer les communicateurs! Après tout s’il faut un médium pour déchiffrer le message, tant mieux, c’est du temps pour nous…

Bonne soirée, mais je vous avertis, le maître du jeu risque d’être en sueur et de ne plus avoir beaucoup d’amis avant la fin de la soirée…

2 réponses pour “Chaise musicale façon Jean Charest”

  1. Lorsque monsieur Charest aura abandonné la politique dans quelques années (sans doute à la suite d’un putsch organisé par son présent ministre de la santé…), il faudra être à l’affut des premiers commentaires qu’il fera sur la période que nous sommes en train de vivre, et principalement sur les gens de son entourage qui le conseillaient lors des décisions importantes. Ces gens seront probablement rapidement mis sur une liste noire dans tout le milieu de la communication au Québec…

  2. Votre commentaire sur le présent ministre de la santé est fort pertinent. Il semble le chaînon manquant dans toute cette affaire. Quant aux communicateurs, quoique je soupçonne qu’ils ne soient pas suffisamment en contrôle pour être tenus responsables des glissements fréquents de ce gouvernement, vous aurez peut-être raison là-aussi. L’avenir est si proche…

Les commentaires sont fermés.