Québécois de coeur ou de souche

À l’initiative de Caroline – que je ne connais pas, mais qui est une amie de mon bon ami Claude – des gens remplis de louables intentions s’associent pour la tolérance et se hérisse contre la commission Bouchard-Taylor. C’est un geste que je ne peux qu’appuyer. Mais à mon humble avis, si l’on veut commencer à semer la tolérance quelque part, il faudrait peut-être que les Québécois arrêtent de créer des catégories d’appartenance et de se regarder la souche. Nous devrions laisser tomber cette appellation plutôt terroir à la limite de la ségrégation. Parce que le terme de souche réfère à la descendance, soit à nos ancêtres et à leur provenance.

Je suis Québécoise et très fière de l’être, mais je ne suis pas de souche, enfin j’ai les racines mixtes et la transplantation à très bien poignée en sol québécois. Alors, j’imagine que si l’idée de me reproduire me prenais, mes enfants ne seront pas de souche non plus. Ceux de mes voisins non plus, ceux de tous les immigrants récents pas plus. Pourtant, nous sommes tous Québécois, car nous choisissons de vivre ici, comme nos parents l’ont fait.

Scrappez-moi donc cela cette affaire de souche, éliminons ce terme et repartons sur des bases inclusives qui ne portent pas à la ségrégation.

Vous noterez que Caroline convient que le terme est problèmatique et après quelques commentaires a continué à l’utiliser en précsisant que c’était à titre de référence dans le présent débat.

Nadia Seraiocco

Spécialiste relations publiques et médias sociaux | conférencière | blogueuse

9 réflexions sur “Québécois de coeur ou de souche

  • 01/11/2007 à 17:00
    Permalien

    Comme tu sais, j’ai moi aussi utilisé le terme de « Souche » depuis un bout de temps, mais j’espère qu’il ressort que c’est plus ironique que spécifique et je pense l’avoir démontré. Mais bon, pour l’ambiguité que cela crée, il faudra même pour moi passer à autre chose tôt ou tard puisque j’affiche nettement mes couleurs.

  • 01/11/2007 à 17:09
    Permalien

    Nous l’avons tous utilisé à bon ou mauvais escient, par ironie ou dérision, mais je crois aussi qu’il faut mettre ce concept au rancart comme nous l’avons fait avec bon nombre d’expressions réductrices. Quand utiliser ce terme sera une vraie plaisanterie, je serai satisfaite;-)!

  • 01/11/2007 à 18:52
    Permalien

    Mais c’est la Mère indigne, non?
    J’aurais bien signé, mais je ne suis pas de souche. Je ferai circuler le lien aux « souches » de ma connaissance, l’initiative fait chaud au coeur.

  • 01/11/2007 à 19:26
    Permalien

    Barbel > Oui, tout à fait, et le projet est louable. Cela dit, je maintiens que le terme « de souche » devrait disparaître et considéré comme tout archaïsme chargé historiquement, dont on doit se défaire pour avancer.

  • 02/11/2007 à 06:51
    Permalien

    D’ailleurs la question se pose encore une fois avec cette pétition : à partir de quand un néo-québécois devient une souche? Après 10 ans, 15 ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans ou la 2e génération? La troisième? Je trouve cette expression dépassée ou au moins elle devrait l’être dans un Québec moderne (et après-révolution tranquille) et s’utiliser qu’entre guillemets. Me semble.

  • 02/11/2007 à 12:23
    Permalien

    Ouais, entre guillemets et de façon ironique, ajouterais-je. Avec un « hahaha » et un petit « 😉 ». Comme tout le monde me trouve tâtillonne là-dessus, il me fallait bien un ou deux amis pour m’appuyer…

  • 03/11/2007 à 12:58
    Permalien

    Barbel:
    Caroline invite même les « pas de souche » à signer la pétition, ce que j’ai fait bien volontiers.
    Rima Elkouri demandait dans sa chronique cette semaine combien « d’aéropoints » nous devions accumuler pour avoir droit à l’appellation d’origine contrôlée.
    Moi aussi j’ai hâte qu’on évolue et mette au rencart cette expression qui crée littéralement une citoyenneté à deux vitesses.

  • 04/11/2007 à 11:32
    Permalien

    J’ai vu aussi la mention de Caroline, mais déjà de dire « pas de souche » crée différentes castes dans la québécitude et ça m’énerve. Pour ma part, je vous dirais que cette histoire de souche me touche particulièrement, parce que je ne suis pas de souche, mais je n’ai qu’un pays et c’est ici.

  • 07/11/2007 à 18:29
    Permalien

    « …que le Québécois arrête de se regarder la souche »… je l’aime bien celle-là!

    Idée publicitaire: « Quand la souche vous pique… essayez la toute nouvelle Flushabye! Elle est ré-sis-tante! »

Commentaires fermés.