Entre schizos

Aujourd’hui nous avions la mission de nous tenir loin de nos ordinateurs, le temps de nous livrer à d’autres activités. Joyeuse initiative, me direz-vous avec raison. Une de ces activités était de découvrir quelques œuvres d’art du Musée en compagnie de T., guide, étudiant et tutti quanti. Avant de commencer la visite, il nous a prévenu que nous allions regarder de plus près des oeuvres qu’il étudie en vue de déposer un mémoire de maîtrise. Alors, a-t-il admis en riant, il était possible que son discours prenne des tangentes quasi-schizophrènes. Vous vous en doutez peut-être, mais c’était là une grave exagération. Et, après tout, l’affection de l’art contemporain est une maladie qui se soigne bien.

Or T. nous a fait plonger un plus en avant dans l’univers de Goeffrey Farmer et Michel de Broin. Je connaissais le second pour l’œuvre publique Révolutions qui fait partie de la collection de la Ville de Montréal, mais je ne faisais pas le lien avec son travail plus performatif.

Quant à la schizophrénie de T. je ne m’inquiète pas pour lui, il souffre lui aussi de ce que j’appelle mon obsession, j’ai nommé le satanné mémoire de maîtrise.

2 réponses pour “Entre schizos”

  1. Ce guide en T., serait-ce T. G., qui est aussi un artiste en performance et en installation…?

  2. Oui… Et la première fois où j’ai collaboré avec lui, il m’a tout de suite dit, « tu dois être Nadia, la copine de Vi… »

Les commentaires sont fermés.