L’âge des ténèbres de Denys Arcand : cette confortable indifférence

Dans Le déclin de l’empire américain, une masseuse racontait à son client que l’occident avait connu des périodes beaucoup plus violentes qu’aujourd’hui, décrivant la noirceur des guerres et du quotidien du Moyen-Âge. Or, L’âge des ténèbres mêle à toutes les scènes ces considérations sur la fascination que nous avons de l’ère médiévale et la violence constante à laquelle les médias nous exposent.

Les critiques n’étaient pas bonnes m’avait-on dit. Pourtant, ce film me semble tout à fait cohérent dans l’œuvre d’Arcand. J’aurais même envie de le rapprocher du documentaire Le confort et l’indifférence, en ce, qu’ici, le personnage principal, Jean-Marc Leblanc, joué par un Marc Labrèche tout en nuances, a tout pour être confortable, pour oublier ses convictions et laisser la vie s’écouler, mais il se perd en rêveries érotiques pour échapper à son château de banlieue, à son job médiocre et à son mariage d’indifférence.

Le film s’ouvre sur une scène des mille et une nuits où Rufus Wainright, le prince chantant, sérénade l’une des femmes des fantasmes de Jean-Marc Leblanc. Leblanc vit à Laval, dans un de ces châteaux modernes à tourelle, où chaque pièce a son téléviseur, où la salle à dîner est une parure, puisque ses deux filles, sa femme et lui-même se nourrissent de tv dinners, lui écoutant les actualités, les enfants jouant à des jeux vidéos, sa femme agente d’immeuble toujours rivée à son cellulaire. On serait pris de bovarysme à moins.

Dans la monotonie de ses jours, ponctuée par son 20 minutes d’auto, suivi du train et du métro, Leblanc rêve qu’il écrit, fait de la politique et que ses succès lui valent les avances de ses fantasmes : soit une journaliste, une actrice, sa supérieure Carole Bourque-Bigras et sa collègue lesbienne. À tout moment, on bascule dans le fantasme libérateur, seul rempart de Leblanc contre cette vie terne. La fonction publique est dépeinte comme une absurdité sans nom – tout en étant si près de la réalité. Leblanc est assommé et impuissant devant les malheurs des bénéficiaires. Il occupe un espace gris, dans un bureau relocalisé temporairement au Stade Olympique et il est soumis à des tentatives de feng shuisitation ou de thérapie par le rire. C’est dans la relation avec sa mère, hospitalisée, absente d’esprit, qu’on le découvre vraiment.

Lorsque que Jean-Marc décide de reprendre sa vie en main, il se livre à une séance de speed-dating à Laval, où il rencontrera Béatrice, une gente dame (jouée par Macha Grenon) qui se veut duchesse médiévale et l’entraînera dans son univers pour un week-end de cabotinage incroyable. La cruauté du speed-dating toute traduite par des « quel genre de char tu conduis », « tu fais combien par année », « fais-tu de la musculation » ou que sais-je encore, nous fait malgré tout sourire.

Dans ce grand désordre, les voix du bon sens et de la réalité sont personnifiées par les collègues de Leblanc : William Chérubin, un haïtien et Laurence Métivier, une lesbienne. Bref, un vrai bureau du gouvernement, axé sur l’égalité des chances. Laurence et William représentent la vie possible, la résistance, eux qui fument en cachette et affirment qu’il faut baiser souvent.

Vous vous doutez bien qu’une suite d’événements viendra bouleverser Jean-Marc et changer pour de bon le cours de son existence.

Pour ceux qui n’ont pas aimé le film, je dis tant pis pour vous, moi je me suis bien amusé et très honnêtement j’ai versé une larme quand Jean-Marc a craqué. Puis, je ne sais pas pourquoi, je pensais à Merci la vie! de Blier ou à Brazil, mais vous savez comme j’ai l’association libre.

Nadia Seraiocco

Spécialiste relations publiques et médias sociaux | conférencière | blogueuse

Voir tous les articles de Nadia Seraiocco →

7 réflexions sur « L’âge des ténèbres de Denys Arcand : cette confortable indifférence »

  1. Le film ouvre le 7 décembre en salle. On se verra peut-être à Yulblog, si je survis à ma journée 🙂

  2. Les français n’avait pas aimé du tout, jusqu’à le traiter de film de vieux con. En voyant la bande-annonce je m’étais pourtant dit que ça semblait mordant, bon peut-être en ce qui concerne l’ambiance d’ici?

  3. Je pense que le film peut être très choquant pour quiconque a décidé qu’être jeune et avoir de l’espoir c’était bien beau, mais qu’à un certain âge on ferme les vannes et on accepte sa vie, son job, pis on laisse faire. C’est caricatural, gris (ce qui est pire que noir) et ça fait réfléchir. En général, les gens aiment bien regarder un film, pleurer un peu et ne pas se sentir trop visés…

  4. Wow! Du beau travail… Je vais faire un « post » avec la vidéo… Il faut que ça circule!

  5. En passant je suis complètement d’accord avec toi au niveau de Brazil. C’est carrément du Kafka qu’on voit quand il montre ce qui se passe dans le stade.

Les commentaires sont fermés.