Se faire connaître dans la blogosphère

En écumant mes sources d’info habituelles, voilà que je tombe sur un lien publié par RenéeSept façons foireuses de faire connaître son blogue. J’ai souri en lisant la liste d’Éric, car depuis que les blogues existent que ce genre de conseils sur le ton de l’ironie circulent. Il faut dire qu’avec chaque nouvelle cohorte de blogueurs les moyens de se créer une popularité instantanée se raffinent. Quand j’ai commencé à bloguer au début 2002, les blogues étaient perçus comme des carnets de pensées intimes en ligne, ensuite ils ont été vus comme les commodités de la conversation du troisième millénaire (on se donne des conseils, des recettes, des hyperliens sur ce qu’il faut savoir), ensuite les blogues semi-fiction ont fait leur apparition (on raconte sa vie mais avec quelques mécanismes de narration pour tenir le public en haleine, ah! voyeurisme quand tu nous tiens), puis les blogues-affaires ont été sur toutes les lèvres (je ne perds pas mon temps sur le Net, moi madame, je fais de la business)…

J’ai parfois dit que pour moi chaque commentaire était comme un bouteille à la mer… Si seulement j’étais rusée, je mettrais le mot sexe plus souvent dans mes écrits 😉

5 réponses pour “Se faire connaître dans la blogosphère”

  1. C’est vrai qu’on en a vu passer des conseils pour faire le meilleur blogue, avoir des tonnes de commentaires… Je crois que cette recherche de popularité fait qu’on passe à côté du plaisir d’écrire, juste pour le plaisir de le faire.

    Mon blogue va aussi avoir sept ans cette année et je ne suis pas populaire, ni même connue. Je n’ai jamais commenté pour me faire connaître. Je réserve mes commentaires aux messages qui m’intéressent, que le blogue soit populaire, connu ou pas du tout. Je crois que les gens qui appliqueront à la lettre ces conseils pour acquérir une notoriété de force seront aussi ceux dont le blogue sera une page « Erreur 404 » avant longtemps. Si notre moteur, c’est la popularité, l’enthousiasme peut disparaître rapidement.

  2. Merci du commentaire Jessica… Même si on peut forcer la popularité par des trucs, il arrive un moment où le contenu est aussi en jeu. Les blogues très populaires ont un objectif de communication précis (littéraire, art de vivre, affaires ou autres) et leur auteur a un certain talent dans le domaine. C’est le minimum. Tout comme toi, je blogue par plaisir et s’il m’est arrivé de m’amuser à faire monter un peu le compteur, j’écris surtout pour mon plaisir et celui de mes proches.

  3. C’est ce que je trouve un peu plate avec les blogues maintenant.

    Les gens n’écrivent plus pour eux, mais pour les autres. Il faut dire aussi qu’il existe maintenant plusieurs catégories de blogues qui n’étaient pas là avant. Remarquez, ce n’est pas mauvais!

    Je suis dans l’univers depuis 2000, oui ça fait longtemps. J’ai changé d’adresse souvent et je n’ai jamais été populaire et je vis très bien avec ceci puisque mon blogue est un outil pour moi. Ce n’est pas ce dont les autres en pensent qui m’importe, mais la libération qu’il m’apporte lorsque j’y écris mes émotions.

    Je commente donc sur les sujets, le vécu, qui me touche, que j’aime.

    Mais c’est très vrai Jessica ce que tu dis ceux qui veulent le plus se faire connaitre, être populaire, disparaisse très vite aussi!!

  4. Je pense qu’on est sur le Web comme on est dans la vie. Sauf que sur un blogue, le focus est sur soi, sur notre univers, sur ce qui importe pour nous. On peut se mettre en vedette, se donner le beau rôle, avoir le dernier mot. J’ai rarement vu des blogueurs-vedettes qui n’étaient pas des gens disons, « vibrants » en société. Mais la blogosphère c’est comme l’école secondaire : tu peux toujours te forcer pour appartenir au gangs les plus populaires, tu y arriveras peut-être (et si c’est comme un film américain, tu deviendras la plus hot) mais si cette popularité ne te nourrit pas, tu vas vite te fatiguer de l’entretenir…

  5. J’aime beaucoup ta comparaison avec l’école secondaire, c’est très vrai et sa illustre bien les choses 😉

Les commentaires sont fermés.