Parlons de musique et de la vie qui passe

Mon ami l’Homme Scalp qui s’inquiète toujours plus quand je surfe que quand je plonge, m’a écrit un petit message pour me parler de l’époque où Lhasa commençait sa carrière. De ce spectacle au Spectrum où sa famille était venue la voir, des chansons que nous écoutions alors et, de ce premier Noël qu’il passe sans ses parents décédés. Il a ajouté, «toute mort nous ramène à la notre qui est inévitable. Mais à notre âge, il s’agit toujours de quelqu’un qu’on vient de perdre.» Il est rendu philosophe l’Homme Scalp, ça doit être le grand âge qui nous gagne tranquillement.

Enfin, je le laisse vous parler de musique et vous faire écouter, lui qui aime tellement faire écouter ses coups de cœur, quelques pièces de Lhasa.