Kick, d’Étienne Lepage

Jeudi soir, je me suis rendue pour la première fois au Théâtre aux Écuries, je ne suis pas en avance, je le sais. Moi qui prédis que la relève artistique se localisera dans Villeray, puisque partout ailleurs les immeubles sont hors de prix et les loyers exorbitants. Mais c’est une autre discussion. J’y allais donc pour voir Kick, un texte d’Étienne Lepage, mis en scène par Michel-Maxime Legault et produit par le Théâtre de la marée haute.

Kick, comme dans coup de pied, comme dans jeux de la fin de l’enfance… Le spectacle était efficace et  énergique, mariant la danse, la comédie et la caricature, ce qui était redevable à la mise en scène, mais aussi au jeu très physique des comédiens. Il faut dire que le texte, fondé sur une série de monologues, ponctués d’interactions illustratives, sur des questions de jeunes – popularité, absurdité de la communications, cruauté, faits divers, pouvoir et amour –,  a de quoi mettre de l’avant un jeu très incarné. Ce spectacle tant par son texte que sa mise en scène, m’a rappelé par moment le théâtre des années « 90 », par exemple, la matière tirée de faits divers rappelle Brad Fraser (De l’amour et des restes humains) que j’ai vu mis en scène quelques fois à cette époque et, en ce qui a trait à l’aspect scénique, cela pourrait évoquer les années des débuts de Pigeons International (avec la danse minimaliste) ou du Théâtre Sortie de secours de Québec (pour les dispositifs scéniques transformables).

Mais voyez-vous, cela me réjouit, car hormis certaines petites lacunes, voire des questions de goût – la musique qui me semblait peu justifiée ou le ton encore à mi-chemin entre le genre jeunesse et adulte – c’est un spectacle enthousiasmant. Parce que le travail présenté est bon, dynamique et prometteur et que cela nous démontre qu’une relève talentueuse en écriture, mise en scène, et jeu est là, à l’œuvre.

Et cela justifie que vous fréquentiez ce nouveau lieu. En plus, vous pourrez vous arrêter dans le petit cabaret entre le vestibule et la salle principale pour quelques rafraîchissements et des discussions.

Kick est présenté aux Théâtre aux Écuries jusqu’au 27 mars.

Texte sur Cyberpresse.

Les billets sont 15 $ pour les étudiants et 20 $ au tarif régulier.