La politique, le débat des chefs et les médias sociaux…

En action à Dumont...

En action à Dumont…

Mise à jour : Pour la chronique de jeudi soir avec Dumont nous avons finalement décidé à la dernière minute de présenter les plus gros comptes Twitter du Québec et l’incidence de Twitter que l’on sent de plus en plus sur l’écoute de la télé en direct. La capsule de la chronique : Twitter de stars, version Québec. En fin d’article à côté de la photo vous avez les chiffres de Nielsen présentés à ce moment.

Ce matin à CKRL 89, je discutais avec François Tremblay, animateur du Continental, de ce débat tel que vécu sur les médias sociaux et plus spécifiquement via Twitter, le média de l’écoute télé en direct ou comme on le dit maintenant, du twivage.

Prés de 4 millions de téléspectateurs avaient suivi le débat en anglais mardi (une hausse de 26 % en comparaison avec le débat de 2008) et pour celui d’hier en français, les chiffres qu’on m’a glissé en passant à Zone 3 tournaient autour des 1,200 000 (à confirmer, ce qui serait une baisse en comparaison avec le 1,4 million de 2008). Malgré qu’une très faible proportion de québécois et de canadiens aient un compte sur Twitter — au Québec, le Céfrio parlait de 11 % à l’automne 2010 — il y avait hier soir, entre 20 et 23 h, beaucoup d’action sur le fil d’actualités .

Les personnalités québécoises et utilisateurs populaires qui twittaient, parmi lesquels Marie-France Bazzo, Michelle Blanc, Pat Dion, Guy A. Lepage ou André Ducharme (pour les jeunes ex RBO et commentateur d’Un souper presque parfait à V), faisaient surtout sentir leur présence par leurs commentaires humoristiques sur les vêtements, le décor ou la simple absurdité de la situation. Pour obtenir des renseignements supplémentaires ou des corrections sur ce que nos chefs disaient, il fallait suivre des journalistes politiques comme Antoine Robitaille du Devoir, Emmanuelle Latraverse de Radio-Canada, Josée Legault de Voir ou en anglais Paul Wells de Macleans pour ne nommer que ceux-ci.  Mon collègue à l’émission Dumont, Éric Duhaime se réchauffait (pour le direct de Dumont présenté à 22 h 30) en twittant allégrement. Nathalie Collard qui était aussi de la partie en a fait un article ce matin, Twitter : les commentaires des Québécois.

Le résumé de Marie-France Bazzo en fin de débat:

@MFBazzo Vieux décor, vieux politiciens, vieux enjeux,questions de vieux. Canada fatigué #Boring #débat

Devrions-nous nous attrister que la Poutine aux fraises de Muguette soit la révélation du débat des élections fédérales 2011?

Devrions-nous nous attrister que la Poutine aux fraises de Muguette soit la révélation du débat des élections fédérales 2011?

Les limites du temps réel et des 140 caractères

À la vitesse où les tweets déboulaient, il était pratiquement impossible pour les auditeurs branchés aussi à Twitter de faire plus que retwitter un commentaire ici et là ou d’ajouter leur grain de sel à la suite d’une déclaration d’un des chefs. Comme toujours sur Twitter, on sentait une certaine surenchère, une envie de faire mouche avec le commentaire le plus futé, ce qui disons-le, ne peux pas mener ailleurs qu’au retweet. Je me suis moi-même permis de commenter les sourcils d’Ignatieff, qui se sont à tout le moins assagis… Dany Turcotte a connu un quiproquo twitteresque, lorsqu’il a voulu réagir à une partisanerie qu’il jugeait trop évidente de la part de Denis Coderre (du parti Libéral) :  « Denis, t’es trop gros! “@DenisCoderre: Harper totalement effacé. Ignatieff a marqué des points #debat #fed2011”» Le malaise s’est vite résorbé, mais on peut comprendre comment une pensée présentée en raccourci peut être mal perçue.

La «vraie» vedette, Muguette Paillé

Si certains, comme Pier-André Bouchard St-Amand (Pabsta pour les paresseux), s’intéressaient tout comme moi au manque de question provenant des moins de 40 ans, voire 50 dans le cas présent (Pabsta a moins de 40 ans et aurait certainement pu amener une question ou 10), l’intérêt des twittereurs, comme des journalistes s’est vite fixé sur la première intervenante du public, Muguette Paillé de Ste-Agathe-des-Monts, son nom s’est ainsi vu répété non-stop dans les échanges. Des gens rapides ont aussitôt googlé Mme Paillé et une multitude de renseignements sont parvenus par Twitter, dont sa recette de poutine aux fraises, un hit proposé par Michelle Sullivan. À la suite de ses scoops sur Muguette Paillé (elle a une page Facebook etc.), à son plus grand amusement, Michelle a trendé (elle a donc vu son nom parmi les tendances de Twitter) sur @Trendsmap.

Le nombre d’abonnés sur Twitter sera-t-il représentif du vote le 2 mai?

Jack Layton a un compte anglophone de 79000 abonnés et un francophone de 4100 abonnés.
Gilles Duceppe a un seul compte en français et près de 53000 abonnés.
Élizabeth May a un compte en anglais de 21000 abonnés.
Harper domine avec 125000 abonnés en anglais et 3500 sur son compte français.
Ignatieff a 89000 abonnés en anglais et 3600 en français.

 

 

Quelques chiffres sur la pratique du twivage aux États-Unis et l’avenir de la télé…

Dans un article parut sur CNBC et intitulé Can Twitter Save TV des chiffres fort intéressants de Nielsen étaient cités :

  • 58 % des auditeurs écoute parfois la télé tout en étant en ligne ;
  • Lors du Super Bowl 13.2 % des auditeurs étaient en ligne ;
  • Pour la Soirée des Oscars 11.6 des auditeurs étaient en ligne.

Cela nous montre bien l’intérêt que recèle le twivage pour le succès de la télé en direct (en opposition à l’écoute différée, fait sur enregistreur numérique ou sur un site Web). Des émissions comme Un souper presque parfait l’ont bien compris et ont ainsi vu leurs cotes d’écoute monter en flèche.

 

6 thoughts on “La politique, le débat des chefs et les médias sociaux…

  1. Ping : Nadia Seraiocco
  2. Ping : Yhoanis Obando
  3. Ping : Le Socialiseur
  4. Ping : Nadia Seraiocco

Comments are closed.