Une vie annoncée… Une autre parcelle du 11 septembre 2001

Le Telephone Bar and Grill, un pub britannique situé sur la 2e Avenue à New York a fermé ses portes en 2010. Cette photo avait été prise par André Duchesne pour son livre Le 11 septembre et nous (2006).

Le dimanche 11 septembre 2011, j’ai accepté de passer un heure avec Pierre Bruneau pour commenter en direct les célébrations reliées à cet événement que j’ai vécu de trop près. À la fin de l’entrevue, j’ai raconté un moment de mon 11 septembre qui a beaucoup ému M. Bruneau et d’autres journalistes présents. Je vous le raconte ici aussi, pour m’en rappeler, pour le mettre par écrit quelque part.

Après l’effondrement des tours que R. et moi avions vu tomber en direct du parc Calder, nous avons cherché un endroit pour nous arrêter un instant avant de continuer la marche jusqu’au Rockerfeller Center. Nous étions alors sur la 2e Avenue, tout près de la 9e Rue, c’est donc dire encore dans le périmètre de sécurité qui entourait le World Trade Center. Un seul endroit était ouvert : le Telephone Bar and Grill, un pub à la British dont une caractéristique était d’avoir en guise de devanture ces cabines téléphoniques rouges typiques de Londres. R. est entré, le serveur lui a donné un verre d’eau et à la télé, il a pu revoir les événements des dernières heures que nous avions vécus dans la confusion la plus totale. Sur notre route, aucune cabine téléphonique ne fonctionnait et mon cellulaire ne captait aucun réseau. J’ai donc essayé, une fois de plus, de rejoindre ma famille, en utilisant une de ces cabines rouges.

J’ai décroché et enfin, j’ai eu une opératrice au bout du fil. We are only passing priority calls, m’a-t-elle dit. J’ai bafouillé que j’étais à New York. D’où exactement appelez-vous?, a-t-elle demandé. Je lui ai expliqué que j’étais au coin de la 9e Rue, que je venais de quitter le quartier du World Trade et que j’essayais de rejoindre mes parents pour leur dire que tout était correct. Je n’avais aucune idée de l’ampleur médiatique qu’avait pris l’événement que je vivais. Elle a composé mon numéro, puis j’ai entendu la voix de ma mère… Mrs, you have a call from your daughter Nadia in New York, you accept the charges? Ma mère a répondu : Yes, yes, oh, mon dieu… L’opératrice, la voix tremblante d’émotion, a confirmé la communication avec un «bless you».

J’ai alors compris qu’elle venait d’annoncer à ma mère que j’étais vivante.

La page 11 septembre de LCN / QMI pour voir l’entrevue avec Pierre Bruneau et lire le texte de Marie-Joëlle Parent.

 

9 réponses pour “Une vie annoncée… Une autre parcelle du 11 septembre 2001”

  1. Ping : Sylvie Isabelle

  2. Ping : Catherine VoyerLéger

  3. Ping : Nadia Seraiocco

  4. Ping : Véronique Matteau

  5. Ping : Roch Courcy

  6. Ping : Sacha Declomesnil

  7. Ping : Nathalie Nassif

  8. Ping : Nadia Seraiocco

  9. Ping : Eric Hogue

Les commentaires sont fermés.