Au menu ce soir : les pennes à la Sicilienne

Je suis folle des pâtes, c’est dans mes gènes. Or, cette recette semble au départ complètement folle, mais quand on l’a faite une fois, il nous prend régulièrement des rages de pennes siciliens. Imaginez cinq ou six gousses d’ail, une chiffonnade de menthe et de basilique frais, deux ou trois tomates bien mûres, des pignons de pins, des raisins secs, du piment chili, un peu de chapelure grillée et beaucoup d’huile d’olive… J’ajouterai une photo et la recette un peu plus tard. Pour l’instant, je dois finir mon jardinage avant de commencer les pennes.

4 thoughts on “Au menu ce soir : les pennes à la Sicilienne

  1. Salut Ti-Croute

    Je ne suis pas spécialiste, et mon prof m’a déjà dit: « De gustibus et coloribus non disputandem », mais j’ajouterais de l’origan, quoique cela me donne des brûlures. Ciao!

  2. Avec un pareil surnom, en m’affublant de mon nom de petite fille et en ajoutant une citation latine, j’imagine que ça ne peux être qu’un de mes mononcles du côté maternel qui signe ainsi Jo Monfarlo! Oui, c’est cela Garry ou Mike Golaneck… Cela dit, mononk, Edmund Burke considérait que les goûts se discutaient tout à fait et qu’il existait des distinctions entre le beau, le sublime… Les pennes c’est dans le registre du beau (comme le lisse le rose et le kétaine), le sublime serait plutôt la cuisine de chez Christophe sur Van Horne. À plus, Jo Monfarlo.

  3. Dis donc, on ne peut rien te cacher. Te reste a déterminer lequel des deux, et si tu es en contact avec l’autre, donne-moi de ses nouvelles; on s’est perdus de vue il y a presque 5 ans.

    En attendant, je te prends au mot et j’irai un de ces jours chez Christophe pour tester le sublime. Je t’inviterai le moment venu.

    Ciao!

  4. Hello! Mon argent est sur mon oncle Mike, puisque l’adresse de courriel est inspirée d’un nom très caractéristique du Burundi et que le serveur est en Europe du Nord… Assez habituel pour les missions étrangères en Afrique.

    Je t’ai envoyé un courriel sur hotmail. On se reparle.

Comments are closed.