Halloween

Halloween
Mise en ligne par Nadia 07

La semaine dernière, avec octobre, les enfants de ma rue ont commencé à parler de l’Halloween. Ma petite voisine disait bien fort qu’elle voulait se déguiser en méchant loup. Je souriais en l’écoutant, pensant au stéréotype habituel accolé au vilain prédateur de chaperon rouge… Je me suis rappelé mes déguisements préférés, ceux que je n’ai jamais eu et mes meilleurs succès en la matière.

Le 31 octobre a toujours été pour moi une drôle de date : c’était l’Halloween, un truc hyper important pour un enfant, mais aussi l’anniversaire de mariage de mes parents, un truc qui échappe complètement aux enfants. Quand, vers sept ou huit ans, j’ai compris que mes parents s’étaient mariés le jour de l’Halloween, j’ai été littéralement flabbergastée. Quoi? Ils avaient la mauvaise idée d’organiser un mariage en ce jour si important? Je demandais à ma mère, s’ils s’étaient déguisés après la cérémonie, s’ils avaient rencontré des enfants costumés au sortir de l’église ou s’ils avaient mangé des bonbons au mariage. Ses réponses ne me satisfaisaient pas du tout. Il me paraissait hautement improbable qu’on puisse avoir envie de faire quoique ce soit d’autre le jour de l’Halloween que de porter un costume et mendier des bonbons de porte à porte. Bon, mes parents ne sont plus mariés, mais l’Halloween est encore la même date…

Quant aux costumes de mon enfance, je crois que mon préféré demeure encore le costume de fantôme fait avec un drap blanc et des chaînes. Au rang des grandes déceptions, ce costume de Franfreluche que je souhaitait ardemment et que je n’ai jamais eu. Ma plus grande réussite des dernières années a très certainement été mon déguisement d’Andy Warhol, avec en poche un téléphone pour appeler Dieu.

Le truc de fifille de s’habiller en dominatrice sexy ou en bunny pour l’Halloween, très peu pour moi! En fait, quand je vois ça, j’ai envie de demander à ces filles en quoi elle s’habille dans la chambre : en lapin de pâques? en tube de dentifrice?

Et vous, l’Halloween, ça vous dit quoi?

6 réponses pour “Halloween”

  1. Mets-en! Faire la citrouille c’est le meilleur bout de l’Halloween! Pis comme je commence à connaître mes petits voisins, l’achat de bonbons sera impératif! En plus, Jordie et Scooby adorent accueillir les enfants… « Parce que ça goûte bon! », dixit Jordie.

  2. La dernière fois que j’ai passé l’Halloween c’était ici dans Saint-Jean Baptiste avec des ami-e-s. C’était en 1982. J’avais 23 ans. On s’est bien amusé…
    C’est une fête importante je crois pour les enfants et elle devrait l’être aussi pour les adultes, sauf qu’on ne peut pas trop intervertir les rôles de peur de gâter le plaisir des enfants.
    Il manque de ces rites. On devrait en avoir différents tous les mois!

  3. Oui, toujours en Afrique, mais je vais probablement changer de pays sous peu. Pour revenir à l’Halloween, Barb et moi distribuons beaucoup de bonbons aux enfants. On se fait toujours piquer une citrouille laissée sur le parterre, et on la retrouve éclatée quelques mètres plus loin. À l’époque de Charlesbourg, on partait tout de suite à la chasse aux voyous, mais aujourd’hui on en rit. Or, d’une année à l’autre, les enfants se font de moins en moins nombreux (pas les bonbons). Peut-être est-ce là une une bonne mesure du vieillissement de la population dans le quartier?

  4. Em Kâ Bé> T’as raison, on manque grandement de fêtes populaires et de raisons de parler à tout le monde – et d’espionner dans leur maison en quêtant des bonbons!

    Mike> Barbara est tellement du genre à faire des citrouilles et à préparer des paquets de bonbons… Je vous imagine courir après les voyous! Ici, on nous a dit que l’Halloween c’était sérieux… T’as vu le terrain de mon voisin. Il faut que vous veniez faire un tour quand tu seras au Québec!

  5. Petit conseil sur les bonbons pour l’Halloween. Le Parc Kennedy est très achalandé ce soir là, ça prend tout un stock … et quelques sous noirs pour les boites qui remplacent celles de l’UNICEF.

Les commentaires sont fermés.