C’est le jour du Seigneur, alors on lui parle dans le dos…

J’appelle Gio (oui, mon père) pour lui souhaiter bonne fête (c’est maintenant), jaser un peu du temps qui fait et prendre des nouvelles de ma marraine. Il me parle un peu de la neige qui n’arrête pas de tomber sur Québec et de ma tante qui pourrait aller mieux. Beaucoup mieux, en fait. Nous avons comme un down.

—Y’a pas vraiment de justice, hein?
—Non, ma belle pas vraiment.
—Sinon, Hitler serait mort dans d’horribles souffrances… Son chien l’aurait mordu, ché pas, quèque chose.
—Si le petit Jésus avait voulu vraiment faire du bien, il aurait laissé Hitler finir l’école des arts et qui sait, peut-être qu’il serait devenu un grand artiste, voire un comique incroyable…
—Comme Chaplin genre, avec la même moustache.
—Imagine comme il aurait été drôle, s’il avait été drôle, avec sa moustache, en plus il marchait naturellement les pieds en canard…

Nous rions un peu. Ensuite, Gio qui n’aime pas perdre ses rêves des vue, me parle de cette satanée yourte qu’il construira bientôt près d’une rivière et où je pourrai aller écrire ces nouvelles qui me trottent dans la tête.

Nadia Seraiocco

Spécialiste relations publiques et médias sociaux | conférencière | blogueuse

Voir tous les articles de Nadia Seraiocco →

3 réflexions sur « C’est le jour du Seigneur, alors on lui parle dans le dos… »

  1. Bonjour,
    je cherchais dans google des informations sur un hypothétique groupe de facebook proposant qq chose comme
    « stop poking me let’s just have sex » mais je suis tombé sur votre blog et votre billet sur le sujet. Très drole et bien écrit. En fait ça me donnerait l’envie d’écrire. J’aime votre photo (votre bureau, votre p’timac) aussi et puis après j’essaye de comprendre à qui et pourquoi vous (d)écrivez les conversations téléphoniques avec votre père. Voilà, je suis un peu intrigué. Et si vous avez vraiment eu cette conversation avec lui alors je suis …heureux de vous écrire.
    Au revoir.

  2. Arno : Juste le temps d’approuver ce premier commentaire. Et oui, mon papy et moi avons vraiment ce genre de conversations. Je réarrange un peu, mais il est « naturellement » très drôle et a une philosophie de la vie qui en fait l’idole de mes amis.

Les commentaires sont fermés.