Politique 101 – donner l’impression de la concertation…

Sur toutes les tribunes publiques, les citoyens québécois prennent la parole et cherchent à expliquer en quoi le présent gouvernement québécois fait fausse route. Pour ma part, ce que je me demande, c’est comment ce gouvernement arrive à systématiquement faire la même erreur dans tous les dossiers qu’il touche. Obtenir l’assention du public est pourtant plus simple qu’il n’y paraît. Je n’ai pas une expérience exhaustive en la matière, mais suffisante pour comprendre que quelque chose ne fonctionne pas au PL. Disons qu’il existe plusieurs recettes, mais je vous en propose une assez simple. Imaginons que nous souhaitons hausser la tarification des garderies à 5 $, voici ce qui aurait pu être fait :

1. Commencer par affirmer dans les médias que ce service est important, mais que pour préserver sa qualité il faudra éventuellement augmenter la contribution parentale.

2. Énoncer quelques temps plus tard, dans une adresse aux médias un chiffre supérieur à l’augmentation souhaitée qui permettrait de préserver la qualité, mais expliquer que cette contribution sera étudiée afin de la réduire au maximum.

3. Présenter des cas où les services pourraient être améliorés si la contribution parentale et gouvernemental était à la hausse.

4. Après quelques sessions d’études un semblant de consultation (les organismes communautaires et le milieu le feront pour vous), revenir à la charge avec une augmentation inférieure à celle énoncée dans le point « 2 ».

5. Expliquer partout et à tous que le Gouvernement fera sa part et prendra sur lui une partie de l’augmentation nécessaire afin que la population ne soit pas trop coincée.

Personne n’aime devoir contribuer plus, mais un semblant de consultation aide à avaler la pilule. Maintenant amusez-vous à appliquer cette recette au dossier des écoles juives et vous verrez que M. Charest aurait pu se rétracter à l’étape « 4 », puis subventionner les écoles au même pourcentage que les autres écoles privées confessionnales du Québec et ainsi il se serait épargné une autre tarte à la crème en plein visage…

Tout cela peut vous sembler très cynique, si c’est le cas sachez qu’il existe de nombreux ouvrages qui expliquent comment s’orchestre le consensus au sein de la population. Les conseillers du PL ne les ont pas lus. Édifiant.

3 réponses pour “Politique 101 – donner l’impression de la concertation…”

  1. Felicitations, ton article est tres bon, il

    reflete avec precision les démarches du frisé.

    Il demontre par ses actions que le frisé n’est qu’un exécutant.

    C’est un frisé qui a été mis au monde par

    Mulroney et il est redevable a ce dernier et

    à son entourage.

    C’est un frisé qui veut se servir de son job

    au Quebec comme « stepping stone ». Son

    attitude dans les differents dossiers,

    en est la demonstration.

  2. Je n’avais pas pensé au fait que si on le trouve si mal conseillé et s’il semble toujours répété les mêmes gaffes, c’est peut-être parce qu’il exécute un plan sans se poser de questions…

  3. Bin au moins on voit que M. Charest n’est pas au cynique que Nadia… 2 ou 3 niques max, pas 6. 🙂

Les commentaires sont fermés.