La construction d’une vedette

Dans mon commentaire précédent, j’ai utilisé sans le vouloir quelques mots-clés synonymes de succès pour un blogue : Arthur (comme André Arthur), Québec, bled et radio (associé à Québec). Oups ! Simon a trouvé l’adresse et très poliment – à mon égard, un peu moins pour une certaine Sophie – en a profité pour parler un peu de Sophie Chiasson et du livre qu’elle vient de publier sur sa grande aventure. Ce qui pourrait porter à croire qu’un certain consortium médiatique, avec l’aval de la principale intéressée, travaille à construire une vedette.

À ce point-ci, on pourrait presque dire, qu’un jour Sophie a eu la chance d’être la proie de Jeff Fillion. C’est désormais ce qui la distingue des autres aspirantes au vedettariat québécois. Sophie n’a pas connu de tragédie ou d’expérience de vie transcendante – mais une bonne relationniste lui trouvera sûrement un drame personnel à exploiter- c’est une gentille fille avec une belle apparence. Mais, bon, cette histoire est distinctive et les histoires particulières se vendent bien, et pour avoir un statut de vedette, il faut faire la une des magazines à potins le plus souvent possible. Simon devrait donc se préparer mentalement, parce que bientôt, il y aura sûrement la mini-série, le jeu vidéo et les cartes à collectionner – un jeu de cartes où l’on trouvera Robert Gillet et Jeff Fillion en joker. Parce que, ne nous cachons rien Fillion est devenu encore plus connu avec le procès. J’oserais dire, qu’à l’extérieur de Québec, il est probablement le seul morning-man dont les autres canadiens connaissent le nom… Le député Arthur monte dans la liste, mais il n’est plus à la radio.